BFM Business

Ryanair abandonne sa liaison vers Dinard, le maintien de l'aéroport en question

Des appareils de Ryanair stationnés à l'aéroport de Stansted le 20 août 2020

Des appareils de Ryanair stationnés à l'aéroport de Stansted le 20 août 2020 - Adrian DENNIS © 2019 AFP

La compagnie low-cost opérait depuis 22 ans dans l'aéroport breton et était depuis 2019 la seule compagnie présente.

Coup dur pour Dinard. Ryanair a annoncé la fermeture de sa liaison historique entre Londres-Stansed et la ville bretonne. Conséquence directe de cette décision, plus aucune ligne commerciale ne sera exploitée dans cet aéroport après le départ de la compagnie Aurigny Air Services (qui opérait vers Guernesay) en 2019.

La compagnie low-cost irlandaise opérait à Dinard-Bretagne depuis presque 22 ans et sa liaison vers Londres a transporté pas moins de 2 millions de passagers. Dans les années 2007/2008, l'aéroport avait accueilli un pic de 180.000 à 200.000 passagers.

C'est la chute progressive du nombre de passagers (96.000 en 2019 contre 130.000 en 2015) et la crise du covid qui ont poussé Ryanair à prendre cette décision. Décision facilitée également par la fin de l'engagement contractuel entre la compagnie et l'exploitant (la Société d’exploitation des aéroports de Rennes et Dinard, la SEARD, détenue à 51% par la CCI et à 49% par Vinci) cette année.

18 emplois supprimés

Au sein de l'aéroport, 18 postes seront supprimés sur 30 à savoir la totalité des effectifs en charge de l’activité commerciale ainsi que les agents d'escale, les agents de pistes et les agents de sûreté. Seuls les 9 pompiers seront maintenus sur place ainsi que les douaniers.

Sans aucune ligne commerciale, l'avenir de l'aéroport est clairement en jeu. "Seuls les vols industriels pour l'entreprise Sabena Technics sont maintenus, ainsi que les vols privés et d'affaires" explique à France Bleu Armorique Nathalie Ricard, directrice de la SEARD.

En effet, les vols d'affaires ont toujours constitué une part importante du trafic (grâce à des événements comme la Route du rock, le festival du film...) mais là encore, la crise sanitaire qui a mis à l'arrêt tout le secteur de l'événementiel, assombrit les perspectgives de rebond.

D'autant plus que Dinard-Bretage est structurellement déficitaire depuis des années et souffre également de sa proximité géographique avec l'aéroport de Rennes qui est également en difficulté avec un trafic en chute libre de 70% l'an passé.

Activité industrielle maintenue

La question de sa fermeture est donc clairement posée. La SEARD rappelle qu’elle est "engagée à gérer les aéroports de Rennes et Dinard dans le cadre d’un contrat de délégation de service public avec la région Bretagne, contrat qui s’étend jusqu’en 2024". Elle ne peut donc pas prendre seule la décision de baisser le rideau.

La balle est donc dans le camp de la Région qui devra assez vite prendre une décision. Mais sans l'apport de Ryanair et des événements dans la région, le déficit de Dinard-Bretagne va vite se creuser et devenir insuportable.

Reste que les élus de la région tiennent à maintenir l'activité industrielle de l'entité avec Sabena Technics qui a d'ailleurs reçu des commandes de la part du Ministère des Armées.

"Notre volonté sera toujours de maintenir le site opérationnel, dans des conditions optimales, afin de conserver l’activité industrielle. Nous mettrons tout en œuvre pour cela", expliquait en décembre dernier Gérard Lahellec, en charge des aéroports au sein de la Région . 

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business