BFM Business

Rupture conventionnelle collective: PSA sur les rangs

VIDÉO - Après Pimkie, PSA envisage de se servir de la nouvelle rupture conventionnelle collective, qui permet de se séparer de ses salariés sans passer par un plan social, après accord avec les syndicats.

Des ruptures conventionnelles collectives plutôt qu'un plan social. La chaîne de prêt-à-porter féminin Pimkie (groupe Mulliez) n'est pas le seul groupe à vouloir utiliser cette nouvelle modalité pour réduire, si nécessaire, ses effectifs. D'après Le Parisien, PSA compte faire de même.

Selon les informations du journal, le 19 décembre le constructeur automobile a proposé aux syndicats de négocier un accord qui lui permettrait de réduire ses effectifs dans le cadre de cette nouvelle procédure de rupture conventionnelle collective, mesure dont le décret a été publié le 22 décembre.

Réunion le 9 janvier

Cette procédure est moins lourde puisque l'entreprise n'a pas à démontrer que sa situation économique justifie des suppressions de postes. Seule condition: obtenir l'accord des syndicats. PSA a donc convoqué une réunion avec ces derniers le 9 janvier.

Si Bruno Bertin, directeur des ressources humaines de PSA, confirme au Parisien l'agenda social, il refuse, en revanche, de donner le nom des sites et le nombre de salariés qui pourraient être concernés par cette mesure.

D. L. avec AFP