BFM Business

Renault veut désigner le successeur de Carlos Ghosn en février

-

- - Daniel Roland - AFP

Le dirigeant exécutif du constructeur devrait quitter son poste en juin. Le groupe cherche donc activement son successeur, auditionne déjà des candidats et voudrait le désigner en février, selon Les Échos.

Le constructeur a entamé le processus de recherche d'un successeur pour son emblématique patron, Carlos Ghosn, dont le mandat arrivera à échéance lors de la prochaine assemblée générale en juin, indique le journal Les Échos dans son édition de jeudi.

Selon le quotidien, qui ne cite pas ses sources, "des chasseurs de têtes ont été mandatés et les candidats sont en train d'être auditionnés". L'objectif serait de désigner le successeur de Carlos Ghosn en février pour que les actionnaires du constructeur automobile français valident cette nomination lors de la prochaine assemblée générale, prévue le 15 juin.

Divergences entre Renault et l'État

Carlos Ghosn, 63 ans, qui a déjà quitté les commandes opérationnelles de Nissan en avril, resterait président de Renault, dans le cadre d'une scission des fonctions de président et de directeur général, précise Les Échos. Il continuerait également de présider l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Selon Les Échos, Renault privilégierait une candidature interne, tandis que l'État français, qui détient 15% du constructeur, n'exclurait pas une personnalité extérieure, à condition qu'il ne s'agisse pas d'un étranger. Contacté, un porte-parole de Renault n'a pas souhaité faire de commentaire.

Qui pour remplacer Carlos Ghosn?

Quelques noms circulent déjà dans les médias comme éventuels successeurs du PDG de Renault.

> En interne, figureraient notamment dans la shortlist, selon Les Échos, Thierry Bolloré, ancien de Michelin et de Faurecia, chez Renault depuis 12 ans où il joue actuellement le rôle de numéro 2, Thierry Koskas, directeur commercial du groupe, et Stefan Mueller, directeur délégué à la performance.

> En externe, on entend parler de Fabrice Brégier, bientôt libéré de ses occupations chez Airbus, le numéro 2 de Toyota Didier Leroy, mais aussi Carlos Tavares, ex-Renault aujourd'hui PDG de PSA, et Patrick Pelata, l'ancien dauphin de Ghosn qui a joué les fusibles dans l'affaire d'espionnage.

N.G. avec AFP