BFM Business

Renault va mieux grâce à l'Europe et Dacia

Le Duster de Dacia est le modèle de Renault (Dacia en Europe) le plus vendu de l'année 2014.

Le Duster de Dacia est le modèle de Renault (Dacia en Europe) le plus vendu de l'année 2014. - Raphaël HETIER - Renault

Les ventes du constructeur français ont augmenté de 3,2% en 2014, principalement grâce à la bonne tenue du marché européen et à Dacia.

Renault a terminé 2014 dans le vert. Le constructeur a fait état ce lundi 19 janvier d'une hausse de ses ventes mondiales. Sa performance en Europe et le succès de sa gamme low cost, Dacia, à travers le monde ont éclipsé la faiblesse de plusieurs marchés émergents importants pour le groupe.

Le constructeur automobile a immatriculé l'an dernier 2,71 millions de véhicules - voitures et utilitaires légers -, soit un volume en hausse de +3,2%. En Europe, où le groupe a gagné des parts de marché, ses ventes ont bondi de +12,5%, tandis qu'hors d'Europe, elles ont baissé de -5,9% à cause du marasme rencontré sur plusieurs marchés émergents, notamment en Russie, troisième marché du groupe, en Turquie et en Argentine.

Le poids de Dacia se renforce

"En 2015, dans un contexte de marché toujours incertain (...) nous prévoyons d'augmenter nos volumes mondiaux, de renforcer notre position en Europe et d'améliorer nos positions sur les principaux marchés émergents", a déclaré Jérôme Stoll, directeur commercial du groupe, cité dans un communiqué.

Au Brésil, son deuxième marché, Renault est parvenu l'an dernier à stabiliser ses ventes (+0,3%). Le poids de la gamme low cost (commercialisée en Europe sous la marque Dacia et ailleurs comme l'entrée de gamme de la marque Renault) s'est encore renforcé dans les ventes mondiales du groupe à 42%, contre 41% en 2013.

Le Duster, voiture la plus vendue toutes marques confondues

La voiture la plus vendue a ainsi été l'an dernier le Duster, suivi de la Clio 4, de la Logan, de la Sandero et du Captur. Trois des voitures du top cinq sont de marque Dacia. Ces produits d'entrée de gamme, que Renault n'envisageait d'abord pas de vendre en Europe occidentale, ont conquis la France et l'Allemagne. En 2014, les ventes de la filiale roumaine de Renault ont grimpé de 24% dans l'Union Européenne.

La marque est devenue la machine à vendre de Renault. En dépit de ses moins de 8.000 euros en France pour une Logan ou une Sandero de base (12.000 pour ses concurrentes) la production reste très rentable. La plupart des pièces sont communes à l'ensemble des modèles et les usines, situées en Roumanie ou au Maroc, où la main d'oeuvre n'est pas chère. Enfin, Dacia ne s'embarrasse pas avec les coûts marketing: la marque se contente du minimum de publicité.

N.G. avec Reuters