BFM Business

Renault reconnaît un démarrage difficile pour la voiture électrique

Carlos Ghosn reconnaît que le démarrage du marché des véhicules électriques est beaucoup plus lent que prévu.

Carlos Ghosn reconnaît que le démarrage du marché des véhicules électriques est beaucoup plus lent que prévu. - -

Dans une interview à l'agence Bloomberg, Carlos Ghosn le PDG de Renault Nissan reconnaît que les objectifs fixés par l'alliance dans le domaine électrique ne seront pas atteint. Il reste tout de même convaincu de la pertinence de sa stratégie.

La stratégie de Renault dans le domaine électrique tarde à porter ses fruits. C’est l’aveu formulé par Carlos Ghosn dans une interview accordée à l’agence Bloomberg. Pourtant le PDG de Renault Nissan a fait de la voiture électrique une de ses plus grandes priorités.

L'alliance a investi des milliards d'euros et a lancé plusieurs véhicules : la Leaf chez Nissan, la Zoé ou le Twizy chez Renault. Mais les ventes ne décollent pas : à peine plus 100.000 véhicules écoulés depuis le début de la production.

Certes, Renault Nissan est leader mondial sur ce segment, mais l'électrique ne représente toujours pas plus de 0,5% du marché de l'automobile

L'objectif d'1,5 million de véhicules vendus ne sera pas atteint

Carlos Ghosn le reconnaît : le démarrage est beaucoup plus lent que prévu. L'objectif de 1,5 million de véhicules électriques vendus d'ici à 2016 ne sera pas atteint. La crise du secteur est passée par là et les spécialistes s'attendent désormais à un décollage de l'électrique au mieux à la fin de la décennie.

Mais Renault Nissan ne compte pas changer de stratégie : l'alliance va s'adapter à ces nouvelles perspectives : une mise à jour des objectifs de moyen terme du groupe est prévue avant la fin de l'année.

Simon Tenebaum