BFM Business

Renault pas pressé de monter en gamme

Pour se placer sur le segment très rémunérateur du haut-de-gamme, Renault entend y aller pas à pas

Pour se placer sur le segment très rémunérateur du haut-de-gamme, Renault entend y aller pas à pas - -

A long terme, le constructeur envisage de créer une marque haut de gamme. Mais le groupe veut prendre toutes ses précautions, et voir si les séries luxe Renault peuvent trouver leur public.

Pas question de brûler les étapes. A terme, il s'agit bien de créer une nouvelle marque. Mais pour le moment, le constructeur se borne à plancher sur des séries spéciales de ses modèles actuels.

Ce que veut Renault, c’est s'inviter dans le club restreint des constructeurs haut de gamme. Et partager avec eux un segment particulièrement rémunérateur. Pour y parvenir, le constructeur français se donne le temps. Il faut y aller pas à pas, martèle le numéro 2 du groupe, Carlos Tavares.

Le label "Intiale Paris" amené à devenir une marque

La première illustration concrète de cette ambition est la Clio 4. Une déclinaison sous le label "Initiale Paris" est dans les tuyaux pour 2013. Plus que d'une finition raffinée, ce modèle disposera de différents codes propres aux marchés du premium, comme des matériaux nobles. Un premier pas qui sera suivi par une version luxe du futur Espace.

Si ces séries spéciales rencontrent leur public, Carlos Tavares n'exclut pas qu'Initiale Paris devienne une marque en tant que telle. Une démarche qui n'est pas sans rappeler celle de Nissan avec Infiniti. Le processus devrait prendre une bonne vingtaine d'années. En attendant, chez Renault, ce projet occupe une toute petite équipe : cinq personnes seulement, dont un designer.

Mathieu Sevin