BFM Business

Renault aussi entreprend des discussions sur la sécurisation de l’emploi

Renault veut rendre ses usines plus compétitives

Renault veut rendre ses usines plus compétitives - -

Le constructeur automobile veut augmenter la compétitivité de ses usines. Pour cela, la direction souhaite plus de mobilité de la part de ses salariés.

Nouvelle séance de négociations sur la sécurisation de l'emploi aujourd'hui, vendredi 30 novembre.

Pendant ce temps-là, des discussions ont déjà lieu au sein de certaines entreprises, notamment chez Renault qui cherche à augmenter la compétitivité de ses usines françaises. Hier s’est déroulée une nouvelle séance de négociations chez le constructeur automobile français.

La direction souhaite rendre la mobilité de ses salariés obligatoire, en échange de différents avantages, comme une prime et la prise en charge du transport des salariés.

Accord de compétitivité de Renault avec les syndicats espagnols

Les négociations avancent donc en France. Alors qu'en Espagne, c'est déjà fait: Renault vient de conclure avec les syndicats espagnols un accord de compétitivité majeur. Entre les deux pays, la teneur de ce dernier ne sera pas le même, mais c'est bien la même idée qui guide la démarche.

Les sujets abordés avec les syndicats français n’ont rien à voir avec ceux négociés avec les syndicats espagnols, précise Renault. "Ce qu’il y a de commun, en revanche, entre la France et l'Espagne, c’est que l’on est parti sur la négociation et la discussion pour aboutir à un accord donnant-donnant. C’est la méthode qui est importante, c'est cela que l’on doit prendre en exemple", insiste Gérard Leclerc, directeur des opérations France chez Renault, au micro de BFM Business.

Mathieu Sévin et BFMbusiness.com