BFM Business

PSA victime d’une fuite des cerveaux

La fuite des cerveaux concerne tous les métiers chez PSA, même ceux qui ne sont pas concernés par le plan social

La fuite des cerveaux concerne tous les métiers chez PSA, même ceux qui ne sont pas concernés par le plan social - -

Le groupe, chroniquement déficitaire et en pleine restructuration, fait face à un autre problème : ses cadres, alors même qu’ils ne sont pas visés par le plan social, quittent les rangs.

PSA a publié des résultats commerciaux alarmants ce 9 janvier 2013. En 2012, le dynamisme des ventes à l'internationale –Chine, Russie et Brésil- n'a pas compensé le déclin majeur du groupe sur son principal marché : l'Europe.

PSA est dans une situation délicate. Le groupe chroniquement déficitaire a lancé en juillet dernier un vaste plan de restructuration. Près de 8 000 postes vont être supprimés. Outre cette cure d'austérité, le groupe doit faire face à un autre phénomène : celui de la fuite de ses cerveau

Les cadres de PSA ont envie d'aller voir ailleurs. Peu ou pas concernés par le plan social, ils seraient pourtant, selon nos informations, de plus en plus nombreux à chercher un emploi dans une entreprise plus stable.

Des chefs de projet et des pointures sur le départ

Le problème touche différents métiers du groupe, comme le marketing, la communication. Certains ont déjà trouvé un nouveau poste chez des concurrents, ou dans des secteurs totalement différents.

Plus problématique encore : de nombreux chefs de projet du centre ADN, la ruche où sont mis au point les futurs modèles du groupe, cherchent à partir de l'entreprise. Un coup dur pour PSA, qui a plus que jamais besoin de tous ses ingénieurs pour développer de nouveaux véhicules en cette période mouvementé.

Même des pointures de l'entreprise sont prêtes à quitter le navire. Il y a quelques semaines, le directeur du style du groupe, Jean Pierre Ploué, était donné partant chez le concurrent Volkswagen.

Mathieu Sevin