BFM Business

PSA satisfait de son livret Distingo

Distingo permet à PSA de diversifier son financement.

Distingo permet à PSA de diversifier son financement. - -

Le constructeur automobile a annoncé, ce mardi 16 juillet ,que le livret d'épargne de sa banque PSA Finance a récolté 780 millions d'encours alors que l'objectif visé était de 400 millions. La banque du groupe compte désormais proposer un compte à terme à ses clients.

Depuis le mois d'avril, les spots publicitaires mettant en avant "Distingo", le livret d'épargne de PSA Finance, la banque du constructeur automobile sochalien, se sont multipliés dans les médias, arguant que l'argent placé était investi "dans l'économie réelle".

Il faut croire que cette campagne a porté ses fruits. Ce mardi 16 juillet, PSA Finance a annoncé avoir ouvert, depuis le lancement de "Distingo", en mars dernier, 14.500 livrets, représentant 780 millions d'euros d'encours. Or l'objectif de PSA était de 400 millions d'euros pour l'ensemble de l'année 2013.

Ce chiffre doit également être comparé avec le succès d'un autre livret d'épargne,"Zesto", l'offre concurrente de Renault Crédit International (RCI), la banque de Renault, sur laquelle PSA s'est aligné.

Lors de son lancement, l'année passée, Zesto avait permis de glaner 893 millions d'euros. Avec 780 millions sur les quatre premiers mois, Distingo est bien parti pour faire au moins aussi bien que son concurrent. PSA Finance a d'ailleurs annoncé envisager l'ouverture d'un compte à terme (un compte qui bloque l'argent déposé pour une certaine période en produisant des intérêts) pour 2014.

Un moyen de diversifier le financement de PSA

Pour Philippe Alexandre, le directeur général de la Banque PSA Finance, cité dans un communiqué, ces bons résultats "saluent aussi notre ancrage historique dans l'économie réelle". Le groupe a indiqué à ce titre que PSA Finance a permis, sur les six premiers mois de l'année 2013, de financer l'achat de 200.700 véhicules neufs.

PSA Finance a plusieurs fois expliqué que l'ouverture de ce livret devait lui permettre de diversifier ses financements. Même si le groupe ne le déclarait pas explicitement, l'ouverture de ce livret devait également donner des gages auprès des agences de notation: "Pour les constructeurs, la diversification des financements est un soutien pour les notations auprès des agences", expliquait en mars dernier à BFMbusiness.com, Pierre Bergeron, analyste crédit spécialiste du secteur automobile à la Société Générale.

L'Etat garant

Après la dégradation de PSA, sa maison-mère, par Moody's, en octobre dernier, PSA Finance avait éprouvé d'importantes difficultés à se financer sur les marchés, sa seule source de liquidités à l'époque. L'Etat avait alors volé au secours de la banque en accordant sa garantie à hauteur de sept milliards d'euros.

C'est cette qualité de garant que le gouvernement a confirmé, la semaine dernière, avoir recours aux services d'une banque conseil pour suivre l'évolution du constructeur automobile.

Julien Marion