BFM Business

PSA mise sur son livret d'épargne Distingo

Peugeot veut diversifier ses sources de financement

Peugeot veut diversifier ses sources de financement - -

Le constructeur automobile fait actuellement la promotion de son livret d’épargne, et vise 400 millions d’euros d’encours pour 2013. Des revenus qui doivent lui permettre de diversifier et solidifier ses financements.

Difficile d'échapper dans les médias à la campagne de publicité vantant les mérites du livret d'épargne Distingo de PSA Banque. Un taux garanti de 5,5% et des sommes investies dans "l"économie réelle" comme le précise bien la publicité.

Dans les faits, ce livret ressemble à bien des égards à celui lancé en février 2012 par Renault Crédit International (RCI), la banque du groupe dirigé par Carlos Ghosn. PSA Finance a choisi de baptiser le sien "Distingo" quand celui de Renaut porte le nom de "Zesto".

La rémunération de Distingo, un taux brut de 2,30% après une offre de lancement à 5,50%, est sensiblement la même que celle de "Zesto".

Les bons chiffres de "Zesto" ont probablement poussé PSA Finance à passer à l’acte. En 2012, le livret de RCI a permis de glaner 893 millions d’euros d’encours, soit bien plus que ce que Renault espérait (750 millions). Fort de ce succès, la marque au losange a d’ailleurs décidé d’étendre sa collecte d’épargne au marché allemand.

En ouvrant ce livret, PSA Finance choisit clairement de renforcer son modèle de financement. PSA vise 400 millions d’euros d’encours pour 2013 sur ce livret. Sa banque, qui ne collectait pas de dépôts jusqu’ici, a fait l’objet d’un plan de sauvetage de l’Etat, qui a décidé de lui accorder sa garantie à hauteur de 7 milliards d'euros pour qu'elle puisse financer ses emprunts sur les marchés.

Ne plus dépendre que des marchés et des banques

PSA Finance devait emprunter à des taux plus élevés depuis que Moody’s avait dégradé sa maison-mère en octobre 2012. Sans dépôts, la banque n’avait recours qu’aux marchés et aux banques pour assurer son refinancement, ce qui la rendait très dépendante de la situation financière de sa maison-mère.

En ouvrant ce livret, PSA veut donner des gages. "Pour les constructeurs, la diversification des financements est un soutien pour les notations auprès des agences", expliquait voici peu à BFMBusiness Pierre Bergeron, analyste crédit spécialiste du secteur automobile à la Société Générale.

D’autant plus que cette manne constitue une base plus solide que des emprunts sur les marchés: "ces dépôts bancaires ont avantage: ils sont stables dans le temps et n’ont pas de maturité, au contraire de la dette sur le marché", poursuivait Pierre Bergeron.

Julien Marion