BFM Business

PSA: Louis Gallois et Gérard Hauser en lice pour la présidence

Ce changement de gouvernance est dû à la restructuration du capital de PSA.

Ce changement de gouvernance est dû à la restructuration du capital de PSA. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Selon des sources proches du dossier , l'ancien patron d'EADS et l'ex-président de Nexans, ont vu leurs candidatures approuvées par le comité des nominations, pour devenir président du conseil de surveillance, ce jeudi 13 mars. Le choix se fera la semaine prochaine.

L'un est très connu, l'autre un peu moins. Mais, en tout cas, ce sont deux grands noms de l'industrie qui pourraient prendre la tête du conseil de surveillance de PSA et remplacer ainsi Thierry Peugeot.

Selon des sources proches du dossier citées par l'AFP, Louis Gallois, l'ex-président exécutif d'EADS et Gérard Hauser, ancien patron de Nexans, ont en effet été retenus par le comité des nominations du constructeur automobile ce jeudi 13 mars.

"Le comité va proposer ces deux candidatures au conseil de surveillance" qui les examinera lors d'une réunion mardi 18 mars, a précisé ainsi l'une des sources.

La vision de l'Etat contre celle de la famille

Louis Gallois, qui siège au conseil de surveillance du constructeur automobile français depuis décembre 2012, bénéficie du soutien de l'Etat. C'est en effet le gouvernement qui avait obtenu son entrée à l'organe de surveillance, en échange d'une garantie publique de 7 milliards d'euros accordée à la filiale bancaire de PSA.

Son concurrent, Gérard Hauser a les faveurs de la famille Peugeot et a côtoyé Robert Peugeot au conseil d'administration de l'équipementier automobile Faurecia, filiale du groupe.

Tout se jouera donc entre ces deux figures de l'industrie pour prendre la succession de Thierry Peugeot. Le mandat de ce dernier courait jusqu'en 2016 mais le bouleversement de l'actionnariat de PSA, qui va voir l'Etat et le chinois Dongfeng entrer au capital et obtenir une part équivalente à celle de la famille Peugeot, a changé la donne.

Chacune des trois parties aura aussi deux représentants au conseil de surveillance. La famille, qui en détient actuellement quatre, n'a pas encore déterminé qui la représentera à l'avenir, selon cette source. Seule certitude, les deux holdings par laquelle elle exerce son contrôle sur PSA, EPF et FFP, seront représentées, a précisé cette source. EPF est dirigée par Jean-Philippe Peugeot et FFP par son cousin, Robert.

J.M. avec AFP