BFM Business

PSA délocaliserait la production de la prochaine C3 en Slovaquie

L'usine PSA de Poissy (ici en 2012), ne fabriquera pas le nouveau modèle de C3, selon Reuters.

L'usine PSA de Poissy (ici en 2012), ne fabriquera pas le nouveau modèle de C3, selon Reuters. - -

Le groupe, qui souhaite produire ses petits modèles grand public hors d'Europe occidentale, aurait décidé de délocaliser la production de sa future C3 en Slovaquie. "Ce n'est pas d'actualité", répond pourtant un porte-parole de PSA.

PSA Peugeot Citroën va délocaliser la production de la prochaine génération de la citadine C3 en Slovaquie dans le cadre de sa nouvelle stratégie, selon Reuters. Le groupe cherche à produire ses petits modèles grand public hors d'Europe occidentale pour spécialiser les sites français sur des versions plus haut de gamme, a-t-on appris de sources proches du dossier.

La Citroën C3, en version berline, est aujourd'hui fabriquée intégralement à Poissy (Yvelines) depuis la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), son ancien site de production.

"Nous démarrons les opérations techniques sur le nouveau modèle Citroën dans les semaines qui viennent (...) ce sera dans l'Est de l'Europe, à Trnava", a indiqué à Reuters une source proche du dossier. Deux autres sources proches de PSA ont confirmé la décision de produire la voiture en Slovaquie, où le groupe assemble déjà la version monospace C3 Picasso ainsi que la Peugeot 208.

"Pas d'actualité", selon PSA

La prochaine C3, qui devrait arborer les nouveaux codes de la marque -notamment les "Airbumps", les protection latérales molles inaugurées cette année sur C4 Cactus- pourrait être lancée en 2016 ou 2017, indique Reuters.

La direction de PSA n'a pas souhaité confirmer les informations de l'agence de presse: "Le remplacement de la C3 n'est pas d'actualité et nous ne communiquons jamais notre plan produit à l'avance", a déclaré un porte-parole du groupe. Il a également rappelé que dans le cadre du contrat de compétitivité signé l'an dernier avec ses syndicats, le groupe s'était engagé à préserver tous ses sites en France en leur attribuant au moins un nouveau modèle sur la durée de l'accord.

Dans le cadre du redressement financier du constructeur, Carlos Tavares, président du directoire de PSA, et son prédécesseur Philippe Varin, ont déclaré à plusieurs reprises qu'il n'était plus rentable à leurs yeux de produire des petites voitures à grand volume en France en raison de la concurrence qui fait rage sur ce segment. Renault, par exemple, a déjà délocalisé une grande partie de la production de ses Clio en Turquie.

Poissy perdra une ligne de production

Les syndicats attendent de Carlos Tavares, en déplacement vendredi à Poissy dans le cadre de son tour des usines, qu'il leur donne des précisions sur le ou les modèles qui succéderont à la C3 sur leur site. Ce dernier emploie actuellement environ 5.000 personnes et perdra une de ses deux lignes de production l'an prochain dans le cadre de l'optimisation des capacités de production du groupe.

Outre la C3, le site fabrique aujourd'hui une partie des Peugeot 208 et l'ensemble des DS3. Il devrait conserver à l'avenir l'assemblage des versions "premium" de la petite Peugeot, comme la série "XY", et se voir confier l'héritière de la DS3, la plus petite des voitures de la nouvelle marque haut de gamme de PSA. La C3 est également assemblée au Brésil pour le marché sud-américain. En version berline et Picasso, la voiture a été fabriquée à plus de 3,6 millions d'exemplaires depuis son premier lancement.

M. K. avec Reuters.