BFM Business

PSA bientôt de retour en Inde

Carlos Tavares, PDG de PSA.

Carlos Tavares, PDG de PSA. - ERIC PIERMONT / AFP

Le groupe français devrait annoncer un partenariat local avec un industriel indien mercredi matin. L'occasion de revenir à moindre frais sur ce marché très prometteur.

Le groupe automobile français PSA va annoncer son retour en Inde via un partenariat avec un industriel local. Le président du directoire Carlos Tavares doit donner une conférence de presse mercredi à Paris.

Cette annonce est particulièrement attendue. D'autant que depuis son arrivée à la tête du groupe, Carlos Tavares cherche à réduire la dépendance du constructeur au seul marché européen. Le patron de PSA entend ainsi faire de l’Inde son prochain relais de croissance. Il faut dire que les opportunités ne manquent pas. Avec moins de 15 voitures pour 1.000 habitants, le potentiel de croissance du marché indien est considérable. Il pourrait représenter six millions d'unités vendues par an en 2020. 

Une implantation pas si nouvelle 

Au milieu des années 1990, PSA avait assemblé des Peugeot 309 dans le cadre d'un partenariat avec la société indienne PAL mais les ventes n'étant pas au rendez-vous, le groupe avait fini par jeter l'éponge et se retirer en 1997. L'idée d'un retour en Inde avait été évoquée dès 2011. PSA avait même indiqué avoir choisi l'État du Gujarat (ouest) pour implanter une usine, investissement de 650 millions d'euros à la clé. Mais ce projet avait été reporté puis abandonné au moment où le constructeur traversait une grave crise financière qui avait failli le conduire au dépôt de bilan en 2013-2014.

Après deux tentatives manquées, le constructeur français devra mettre toutes les chances de son côté. D’ailleurs, le groupe devrait passer un partenariat avec un industriel local pour éviter les 25% de droits de douanes sur les véhicules importés. De fait, en échange de sa technologie et son savoir-faire, PSA va pouvoir utiliser les usines de son partenaire indien.

Reste à savoir quel modèle sera commercialisé. Dans la gamme PSA, la Peugeot 301, destinée aux pays émergents, est le modèle le plus adapté. Toutefois, l'entreprise, si elle mise sur ce modèle, n’aura d’autre choix que de développer une version plus courte pour échapper aux taxes sur les véhicules de plus de 4 mètres.

Mathieu Sevin avec AFP