BFM Business

Premières inculpations dans le scandale des airbags Takata

Les premières inculpations dans le scandale Takata ont eu lieu aux Etats-Unis.

Les premières inculpations dans le scandale Takata ont eu lieu aux Etats-Unis. - Kazuhiro NOGI / AFP

Trois premières inculpations ont eu lieu dans le cadre du scandale des airbags défectueux de Takata. De son côté, l'entreprise a plaidé coupable et versera un milliard de dollars.

Trois anciens responsables de Takata ont été inculpés aux Etats-Unis dans l'enquête sur les airbags défectueux de l'équipementier japonais, au coeur du plus gros rappel de l'histoire automobile américaine, selon des documents judiciaires publiés ce vendredi. L'entreprise a plaidé coupable. Elle versera un milliard de dollars. 

Il s'agit des premières inculpations dans ce scandale d'airbags susceptibles d'exploser inopinément et soupçonnés d'avoir causé quinze décès dans le monde, dont onze aux Etats-Unis. 

Shinichi Tanaka, Hideo Nakajima et Tsuneo Chikaraishi sont notamment accusés de "conspiration" visant à dissimuler le grave défaut affectant ces airbags qui ont été utilisés à grande échelle par de nombreux constructeurs américains et étrangers, selon l'acte d'accusation daté de décembre et dévoilé vendredi.

Au total, quelque 100 millions de ces airbags potentiellement défectueux ont été rappelés à travers le globe, dont près de 70 millions aux Etats-Unis.

P.L avec AFP