BFM Business

Pourquoi les Américains ne pourront plus s'offrir des cabriolets allemands

Une Mercedes-AMG C63 Cabriolet, un modèle de cabriolet qui pourrait souffrir de la surtaxe imposée par Donald Trump.

Une Mercedes-AMG C63 Cabriolet, un modèle de cabriolet qui pourrait souffrir de la surtaxe imposée par Donald Trump. - Daimler

Alors que Donald Trump a menacé d’imposer une taxe de 20% sur les véhicules importés depuis l’Europe, cette mesure viserait principalement les cabriolets des grandes marques allemandes. Les autres modèles, les plus vendus, sont en effet assemblés sur le sol américain.

En visant les voitures produites à l’étranger, Donal Trump n’est-il pas en train de tuer le cabriolet? Alors que le président américain a de nouveau menacé l’Europe d’appliquer une taxe de 20% sur les véhicules importés, le site spécialisé Automotive News indique en effet que ce type de carrosserie serait particulièrement touché par une telle mesure.

"Ces droits de douane, s’ils étaient confirmés, remettraient en question le modèle économique pour de nombreux modèles de niche que nous vendons actuellement aux Etats-Unis", témoigne un dirigeant d’une grande marque automobile.

Des alliances pour réduire les coûts

Pour lui, une seule solution: que les groupes automobiles forgent des alliances pour partager les coûts de développement et de production. On peut notamment penser à la future BMW Z4, qui partage sa base technique avec la prochaine Toyota Supra.

Les marchés se révèlent en outre limités pour ce type de modèles. Automotive News rappelle ainsi que le cabriolet n’est pas vraiment populaire en Asie, où les normes de pollution sont de plus en plus sévères et avec un soleil de plomb, pas vraiment compatible avec le plaisir de rouler décapoté. Dans ces conditions, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne représentent les principaux marchés pour les cabriolets. 

On comprend ainsi facilement que les marques allemandes souffriraient d’un double choc: Brexit et guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’Europe.

Les grandes marques allemandes produisent en effet sur le sol américain les modèles les plus vendus localement: des SUV, des crossovers et quelques berlines principalement mais pas les cabriolets. Et il paraît compliqué, ou en tout cas très coûteux, d’y relocaliser la production de ces modèles.

Une lourde perte pour les marques premium allemandes 

Les analystes du cabinet Evercore estiment ainsi à 4,5 milliard d’euros la perte potentielle liée à cette taxe pour les grandes marques premium allemandes et Daimler a déjà revu à la baisse ses résultats.

Dans un contexte de baisse des ventes (il ne s’est vendu que 127.000 cabriolets en 2017 contre encore 177.000 en 2013), Mercedes envisageait 20.000 ventes cette année aux Etats-Unis sur ce segment et BMW un peu moins de 16.000 unités. Si la surtaxe est confirmée par l'administration américaine, ces prévisions seraient donc à revoir largement à la baisse.

Julien Bonnet