BFM Business

Guerre commerciale: Trump a promis à Tim Cook d'épargner l'iPhone

Donald Trump a déclaré au patron d'Apple Tim Cook que
les iPhones assemblés en Chine seraient exonérés des droits de
douane sur les produits chinois.

Donald Trump a déclaré au patron d'Apple Tim Cook que les iPhones assemblés en Chine seraient exonérés des droits de douane sur les produits chinois. - Nicholas Kamm-AFP

L'iPhone "made in China" ne ferait pas partie des 200 milliards de dollars d'importations chinoises menacées de taxes douanières. Donald Trump l'aurait promis au PDG d'Apple, Tim Cook, selon le New York Times.

Alors que la Chine et les États-Unis sont plus proches que jamais d'une guerre commerciale, Apple devrait passer entre les mailles du filet. Donald Trump a déclaré à Tim Cook que les iPhone -tous assemblés en Chine- seraient épargnés par les sanctions menaçant 200 milliards de dollars d'importation de produits chinois, rapporte le New York Times. L'administration américaine lui a affirmé qu'elle n'imposerait pas de taxes douanières sur ses smartphones, selon une source impliquée dans les pourparlers en cours mais qui aurait refusé de parler publiquement de peur de gêner les négociations.

Selon le grand quotidien américain, Tim Cook avait rendu visite à l'hôte de la Maison blanche le mois dernier pour lui exposer les effets négatifs que pourrait avoir le durcissement des négociations commerciales sino-américaines sur ses activités en Chine. Toutefois, le journal New Yorkais ne dit pas précisément quand Donald Trump aurait fait sa promesse à Tim Cook.

Apple a beaucoup à perdre de la guerre commerciale annoncée entre les deux géants mondiaux. La Chine est devenue le premier marché hors des États-Unis pour la firme californienne qui y dispose de 41 magasins Apple Store et y vend des dizaines de millions d'iPhone.

Preuve de ses bonnes dispositions à l'égard du pays, Apple a décidé d'investir en 2017 près de 470 millions d'euros en Chine dans deux centres de recherche et et développement. Le géant californien a même prévu d'ouvrir son premier datacenter, avec la coopération d'une société chinoise pour que les données des utilisateurs chinois de services cloud soient stockées localement et accessibles aux autorités chinoises.

Pour continuer de faire des affaires en Chine, Apple s'est aussi plié aux injonctions des autorités chinoises en retirant de sa boutique d'applications à télécharger des applis qui permettaient de contourner la censure officielle chinoise sur Internet en passant par des réseaux privés virtuels (VNP).

Frédéric Bergé