BFM Business

Pourquoi la G7 tient à raccompagner vos enfants à la maison

Plus besoin d'une jeune fille au pair pour amener vos enfants à la piscine. Les taxis du réseau G7 vont s'en occuper.

Plus besoin d'une jeune fille au pair pour amener vos enfants à la piscine. Les taxis du réseau G7 vont s'en occuper. - AFP

La G7 annonce le lancement d’un nouveau service dédié aux 12-25 ans. La compagnie de taxis promet de ramener les jeunes à la maison en toute sécurité et à un tarif abordable.

Heetch aura peut-être rendu service aux taxis traditionnel en montrant qu’il existait une véritable clientèle chez les jeunes. Le message a été reçu 5 sur 5 par la G7 qui vient d’annoncer le lancement d’un service dédié aux 12-25 ans intégré dans son appli mobile.

L’idée n’est pas seulement de raccompagner les fêtards, mais d’offrir aux parents une aide quand "ils n’ont pas le temps d’accompagner leurs enfants à leurs activités". Ainsi, c’est un chauffeur de taxi qui accompagnera un enfant d’au moins 12 ans à la piscine ou le ramènera à domicile après ses activités extrascolaires pour environ une dizaine d’euros.

En réalité, ce service n’est pas nouveau. Il s’agit de l’évolution de NightCab, qui propose depuis l’été 2015 aux 15-25 ans de les raccompagner du jeudi au samedi de 22 heures à 5 heures du matin. "Il se base sur le même principe", nous a expliqué un porte-parole de G7. "Les courses bénéficient d’une remise de 20%, mais le service est désormais accessible en 24/7". Enfin, il n’est pas seulement destiné aux Parisiens, mais à l’ensemble de l’Île-de-France. NightCab continuera de fonctionner jusqu’à fin août aux nouvelles conditions.

Ne pas laisser le marché estival à Heetch

La compagnie de taxi ne dit pas qu’elle vise la clientèle ciblée par Heetch, en l’occurrence les jeunes, qu’ils soient parisiens ou de banlieue. "Nous nous adaptons à la population francilienne qui est très jeune et pour laquelle nous nous devons de proposer des formules particulières en termes de tarification et de disponibilité."

Pourtant, il semble clair que l'idée est d'offrir une alternative à Heetch pour ne pas que la période estivale crée un pic d’activité pour ce concurrent particulier. Son activité, qui repose sur un covoiturage de courte distance, est contestée par les professionnels qui ont attaqué la start-up en justice. Pour eux, il s'agit d'un exercice illégal de la profession de taxi.

Le procès a eu lieu le 22 juin, mais la stratégie des taxis de se porter partie civile en nombre a contraint les juges à repousser le dossier à la fin de l’année en permettant ainsi à Heetch de poursuivre son activité avec la bénédiction involontaire de la justice et l’aide tout aussi involontaire des taxis. Et pour la juge, "si les 19.500 chauffeurs de taxi parisiens décident de porter plainte, on ne pourra pas tenir l’audience renvoyée en décembre".

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco