BFM Business

Pourquoi l'Etat veut 20% du capital de Renault

Renault voudrait des droits de vote doubles.

Renault voudrait des droits de vote doubles. - Charly Triballeau - AFP

L'Etat est prêt à consacrer jusqu'à 1,2 milliard d'euros pour faire grimper sa participation au capital de Renault. Son but? Peser plus fortement sur les décisions, notamment lors de la prochaine AG.

L'Etat détiendra sous peu 20% du capital de Renault. Et il y met les moyens. Cet investissement pourrait lui coûter jusqu'à 1,2 milliard d'euros. Cette opération boursière intervient à 3 semaines de l'assemblée générale de Renault. Ce n'est pas un hasard. L'Etat actionnaire compte y peser de tout son poids pour obtenir l'adoption des droits de vote doubles. Un processus complexe, hérité de la "loi de reconquête de l'économie réelle", plus connue sous l'appellation "loi Florange". Votée l'année dernière, elle prévoit notamment que le principe du vote double devienne la règle dans les sociétés cotées.

Une mesure qui, selon l'Etat, encourage l'actionnariat de long terme, puisqu'elle donne plus de voix aux actionnaires détenant leur participation depuis plus de 2 ans.

Restreindre le pouvoir des actionnaires opportunistes

Il s'agit d'en finir avec le principe une action-une voix. L'Etat voudrait minimiser le pouvoir des actionnaires de court terme, en visant, sans les nommer, les fonds anglo-saxons. Et donner deux voix par titre aux actionnaires de long terme, comme lui.

Le principe du vote double est certes inscrit dans la loi, mais il doit être approuvé par les actionnaires et les conseils d'administration. Or, chez Renault notamment, le conseil a voté pour le maintien du fonctionnement actuel du vote simple.

L'Etat a encore une chance de faire passer le vote double en Assemblée Générale. Mais pour y parvenir, il lui fallait obtenir plus de votes, et conserver une capacité d'influence. C'est chose faite. Mais à quel prix! L'Etat est contraint d'acheter 14 millions d'actions Renault au plus haut. Le titre a gagné près de 40% depuis le début de l'année.

-
- © -
Sidonie Watrigant