BFM Business

Permis de conduire: le suisse SGS prêt à gérer l'examen du Code

Dans le cadre de la réforme du permis de conduire, inscrite dans la loi Macron, SGS fera partie des organismes qui, au 1er juin 2016, devrait faire passer l'examen du Code de la route, lorsqu'ils auront obtenu leur agrément du ministère de l'intérieur.

Dans le cadre de la réforme du permis de conduire, inscrite dans la loi Macron, SGS fera partie des organismes qui, au 1er juin 2016, devrait faire passer l'examen du Code de la route, lorsqu'ils auront obtenu leur agrément du ministère de l'intérieur. - Olivier Morin-AFP

"Sur le point d'obtenir l'agrément ministériel nécessaire, cette société suisse, géant mondial de la certification, se prépare à faire passer l'examen du Code de la route à partir de juin 2016. SGS pourrait accueillir 350.000 candidats en année pleine."

Une des conséquences tangibles de la réforme du permis de conduire, inscrite dans la loi Macron, est la "privatisation" de l'examen du Code. Outre la Poste, entreprise publique, elle aussi candidate, la filiale française du groupe suisse SGS devrait être la première société privée qui, au 1er juin 2016, fera passer l'examen du Code de la route à des dizaines de milliers de candidats en France.

En faisant appel à des structures privées pour assurer le passage de l’examen théorique, la réforme vise à permettre aux inspecteurs de se recentrer sur l’épreuve pratique tout en réduisant les délais de convocation des candidats aux deux examens (code et pratique).

"Nous attendons l'agrément du ministère de l'intérieur, qui devrait nous être notifié très prochainement. Faire passer l'examen du Code de la route s'inscrit dans la continuité de notre cœur de métier" explique Eric Sarfati, directeur de l'entité Transport de SGS France. Dans l'Hexagone, le groupe qui se présente comme le leader mondial de l'inspection, du contrôle, de l'analyse et de la certification, gère déjà deux réseaux d'enseignes (Autosécurité et Sécuritest) de contrôle technique automobile. 

Une cinquantaine de recrutements à la clé

Pour répondre aux exigences de l'État, SGS s'est engagé, dans son dossier de soumission à l'agrément, à faire passer l'examen sur tout le territoire dans des locaux adaptés, y compris dans les DOM-TOM. "Nous pensons utiliser les salles dont disposent certains de nos centres de contrôle technique auto" explique le responsable de SGS qui assure être en train de recruter une cinquantaine de personnes pour cette nouvelle activité. 

Dès le 1er juin 2016, SGS a prévu de disposer de centres d'examens dédiés, essentiellement dans les grandes métropoles, dans un premier temps. "Nous nous préparons à accueillir près de 350.000 candidats à l'examen du Code de la route, en année pleine" explique Eric Sarfati. L'entreprise devra faire passer le nouvel examen théorique (cf encadré ci-dessous) défini par l'État.

Les apprentis devront payer 30 euros (tarif unique et national) aux opérateurs privés pour se présenter à l’examen théorique. Ce sont pas les organismes comme la Poste ou SGS qui dépouilleront les résultats du Code. Cette opération sera toujours effectuée par l'administration. En revanche, les "examinateurs" communiqueront directement les résultats aux candidats, par email.

Un examen du code de la route new look

La réforme du permis de conduire change aussi profondément l'examen du Code de la route. Il comporte un jeu d'un millier de questions dont les thèmes sont renouvelés, abordant les réflexes à adopter en cas d’accident, par exemple. De plus, l'examen théorique comportera parfois des séquences vidéo, reflétant mieux des situations réelles de conduite. Chaque candidat pendant l'examen disposera d'un écran individuel (une tablette par exemple) et sera soumis à des questions différentes de celles posées à son voisin, ce qui devrait diminuer considérablement les risques de tricherie.

Frédéric Bergé