BFM Business

Montebourg inaugure une usine de vélos électriques "made in France"

Easybike fabrique à Saint-Lô des vélos électriques sur un site d'assemblage de 4.500 mètres carrés, financé en partie par la communauté d'agglomération.

Easybike fabrique à Saint-Lô des vélos électriques sur un site d'assemblage de 4.500 mètres carrés, financé en partie par la communauté d'agglomération. - Martin Bureau-AFP

L'ex-ministre a visité l'usine normande d'Easybike produisant des vélos à assistance électriques. Un site à même de fabriquer de 40.000 à 60.000 pièces par an.

Chantre du "made in France", Arnaud Montebourg continue d'en assurer la promotion. Après avoir soutenu lorsqu'il était ministre, l'initiative du fabricant Easybike visant à créer de toutes pièces un site à Saint-Lô (Manche) de fabrication de vélos à assistance électrique, il a assisté à l'inauguration de cette usine.

La construction du bâtiment d’environ 4.000 mètres carrés a bénéficié d'un large soutien de la communauté d'agglomération de Saint-Lô qui a contracté un emprunt de 3,9 millions d'euros en plus d'une subvention du département de 300.000 euros. De son côté, le constructeur devait consacrer 4,5 millions d'euros à cet investissement.

En 2013, le ministre du Redressement productif de l’époque avait oeuvré pour soutenir l’octroi d’un prêt de 1,3 million d’euros de bpifrance (banque publique d'investissement) à Easybike.

A terme, la nouvelle usine permettra d’assembler entre 40.000 et 60.000 vélos par an, selon l'évolution de la demande.

Si la batterie n'est pas (encore?) produite sur place, le constructeur français aurait plusieurs projets en cours, pour produire de ses éléments constitutifs. Par ailleurs, en 2017, Easybike pourrait embaucher entre 60 et 70 personnes à Saint-Lô.

Créée en 2004 et implantée en région parisienne, Easybike a affiché un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros en 2013 pour 15.000 vélos vendus.

L’entreprise, qui développe des produits moyen et haut de gamme a également racheté la marque mythique Solex, censée constituer un atout pour le développement de l’entreprise à l’étranger.

L'activité vélos électriques de Matra appartient aussi au Groupe Easybike depuis la fin 2014, sachant que cette marque a conçu et assemblé ses vélos en France (à Romorantin dans le Loir-et-Cher) depuis 2006.

Frédéric Bergé