BFM Business

Michelin pourrait revenir en Formule1 en 2014

Pour Michelin, revenir en F1 constituerait une vitrine technologique.

Pour Michelin, revenir en F1 constituerait une vitrine technologique. - -

Le fabricant de pneumatique a indiqué, dimanche 25 août, être prêt à étudier un retour dans la discipline reine du sport automobile. L'idée serait de rechercher une vitrine technologique.

Michelin de retour en F1? La question est désormais posée. En marge du Grand Prix de Belgique, dimanche 25 août, un porte-parole de l'entreprise de Clermont-Ferrand a indiqué à l'AFP que le groupe "est prêt à étudier un éventuel retour" dans la discipline reine du sport automobile.

Pour le moment, le fournisseur officiel, l'Italien Pirelli, n'a pas encore vu son contrat reconduit, alors que des doutes sur la qualité des pneumatiques ont été soulevés, notamment après le Grand Prix de Grande-Bretagne, lorsque quatre crevaisons avaient été enregistrées.

Michelin de son côté, avait claqué la porte de la Formule 1 en 2006, lorsque la FIA (Fédération international automobile), avait décidé de passer à un fournisseur unique de pneumatique pour l'ensemble des écuries du circuit. A l'époque, le bibendum faisait valoir qu'il ne voyait pas d'intérêt à se retrouver seul en piste:" A partir du moment où vous participez à la compétition, l'intérêt est de démontrer que votre produit est le meilleur. Il s'agit moins d'une recherche de notoriété que d'une démonstration de la supériorité du produit", expliquait alors à Libération, Frédéric Henry-Biabaud, alors directeur de la compétition chez Michelin à l'époque. "Et si nous sommes le seul manufacturier pour la F1, est-ce que ça va vraiment valoriser notre produit ?", poursuivait-il.

Une question de visibilité technologique

Michelin aurait depuis révisé sa position. "Nous savons ce que la F1 peut représenter, en termes de visibilité. Nous sommes prêts à nous asseoir pour présenter quelques idées permettant d'assurer le spectacle tout en relevant des défis intéressants en termes de technologie", expliquait Pascal Couasnon, directeur de la compétition chez Michelin, en juin, lors des 24 Heures du Mans.

"Le pneu ne mérite pas l'image que l'on donne aujourd'hui en Formule 1, car c'est un objet hyper-technologique et on en fait quelque chose qui se jette. En rallye, on a travaillé pour qu'on fasse chaque saison les mêmes distances en usant 20% de pneus en moins, ça fait déjà 40% d'économie en deux ans", soulignait-il.

Si une décision était prise fin septembre, Michelin affirme être en mesure de fournir des pneus de F1 pour les premiers essais de la saison 2014, prévus fin janvier.

Pirelli grince des dents

"Lancer un appel d'offres pour les pneus 2014 en septembre serait une farce. Il fallait le faire un an plus tôt", a, de son côté déclaré le directeur de Pirelli Compétition, Paul Hembery, samedi.

Il affirme disposer déjà d'accords commerciaux pour la saison prochaine avec dix des onze écuries de F1. Ces onze écuries payent chacune un peu de deux millions d'euros par an à l'entreprise italienne pour la fourniture des pneumatiques?

Julien Marion avec AFP