BFM Business

Mcity, cette ville fantôme créée pour tester les voitures du futur

Avec ses arrêts de bus, ses bancs publics, ses boîtes aux lettres, ses poubelles, ses bouches d'incendie, ses noms de rue, Mcity a les allures d'une cité bien vivante. Mais ses cafés et restaurants sont en carton pâte. Et ses habitants? Des tas de ferraille bardés de capteurs.

Avec ses arrêts de bus, ses bancs publics, ses boîtes aux lettres, ses poubelles, ses bouches d'incendie, ses noms de rue, Mcity a les allures d'une cité bien vivante. Mais ses cafés et restaurants sont en carton pâte. Et ses habitants? Des tas de ferraille bardés de capteurs. - Jewel Samad - AFP

Dans le Michigan, une ville a été créée de toutes pièces pour tester les voitures connectées en conditions réelles. Ford, Tesla, Mercedes-Benz, Audi, Google, Uber, GM-Lyft, Toyota et même Apple y font ou y feront rouler leurs modèles avec ou sans chauffeur.

Elle est nichée à l'abri des regards, cachée derrière des immeubles du campus de l'Université du Michigan à Ann Arbor (États-Unis). Mcity est une ville fantôme? Pas une âme n'y vit. Elle a été créée pour tester les voitures du futur. Connectées, autonomes: ici les nouvelles technologies, à l'origine du "big bang" automobile depuis une dizaine d'années, doivent maintenant faire leurs preuves avant d'espérer se retrouver un jour sur les routes.

Sur environ 13 hectares, la ville sortie de nulle part il y a un an s'étale tel un décor hollywoodien avec tous ses équipements urbains, censés reproduire des situations réelles qu'une voiture peut rencontrer dans le quotidien, à l'image d'un enfant suivant son ballon et s'aventurant subitement sur la chaussée. L'éclairage public, les passages protégés pour piétons, les séparateurs de voies, les rond-points, trottoirs, pistes cyclables, des arbres, des panneaux de signalisation, des barrières de chantier, rien ne manque dans le décor. Il n'y manque que des humains.

Ses arrêts de bus, ses bancs publics, ses boîtes aux lettres, ses bacs à poubelles, ses bouches d'incendie, ses noms de rue (Liberty Street, State Street, Main Street ) lui donnent des allures d'une cité vibrionnante. Mais ses cafés et restaurants sont en carton pâte et ses habitants des tas de ferraille bardés de capteurs numériques - caméras, radars, sonars, lidars (guidage par laser) -gérées par des logiciels.

"Nous testons les voitures connectées et autonomes ici depuis un peu plus d'un an", confie à l'AFP Jim Sayer, directeur de Mcity. "2015 a été une année particulièrement chargée", en raison de la concurrence entre acteurs pour arriver le premier sur le marché. Quatre jours pour certains, un jour pour d'autres: les constructeurs, une douzaine, se succèdent.

Apprendre à rouler sans chauffeur à 100 km/h

"Souvent il nous arrive de répéter la même manoeuvre plusieurs fois pour comprendre et faire des ajustements nécessaires afin d'améliorer la performance", raconte Jim Sayer. Mcity donne l'opportunité aux constructeurs automobiles jour et nuit de tester leurs voitures sur différents scénarios (circulation en centre-ville, circulation en route de campagne, entrée et sortie d'autoroute, traversée de tunnel) et sur divers types de surface (béton, asphalte ou pavés). Les vitesses maximum autorisées sont d'un peu plus de 100 km/heure.

Ford fait partie des groupes automobiles rôdant leurs véhicules à Mcity, qui se trouve à une soixantaine de kilomètres de son siège de Dearborn. Une partie de sa flotte Fusion Hybrid va même être testée dans des conditions climatiques extrêmes (neige, tempête) qui peuvent altérer la perception des capteurs embarqués et aveugler le GPS. "Cela va nous permettre d'affiner nos algorithmes et de mieux calibrer les capteurs", souligne auprès de l'AFP Jim McBride, responsable du projet véhicules autonomes.

Pour Jim Sayer, l'intérêt principal de Mcity, c'est la variété des tests que cette structure permet: chaque kilomètre parcouru peut représenter 10, 100 ou 1.000 kilomètres de conduite sur route. De plus, chaque événement est reproductible à l'infini.

Mcity est le fruit d'un partenariat entre l'Université et le ministère des Transports du Michigan. Des entreprises en sont les sponsors contre une participation d'un million de dollars pour trois ans. Elle a officiellement ouvert ses portes en juillet dernier.

Le géant informatique Apple, à qui on prête des intentions de se lancer dans l'automobile, aurait eu des discussions avec la ville, qui n'est pas la seule surgie de nulle part pour aider au développement des voitures du futur. GoMentum (Concord, Californie) accueille déjà les véhicules du groupe nippon Honda.

Alors que la voiture autonome sur laquelle travaillent une douzaine de constructeurs et de "disrupteurs" - Tesla, Mercedes-Benz, Audi, Google, Uber, GM-Lyft, Toyota - est annoncée pour d'ici 2020, Jim Sayer estime qu'il faudra encore une vingtaine d'années pour que le grand public puisse s'en offrir. "La technologie de véhicule entièrement sans conducteur est prête pour des utilisations limitées" mais son coût élevé éloigne la possibilité pour une production de masse, argue cet expert.

P.S. avec AFP