BFM Business

Marwan Lahoud (Airbus Group): "le pacte de responsabilité, oui, tout de suite!"

Marwan Lahoud a également évoqué l'euro fort

Marwan Lahoud a également évoqué l'euro fort - -

Le directeur général délégué d'Airbus Group était l'invité de BFM Business, ce mercredi 14 mai. Il a évoqué l'actualité de son entreprise mais aussi les incertitudes sur le budget de la défense et le pacte de responsabilité.

Bon 1er trimestre pour Airbus Group qui a publié, mardi 13 mai, un bénéfice quasiment doublé par rapport à l'an dernier. Invité de BFM Business ce mercredi 14 mai, le directeur général délégué d'Airbus, Marwan Lahoud,ne bombe pas le torse pour autant.

"Ce n'est pas un 1er trimestre exceptionnel dans la qualité", a-t-affirmé, soulignant toutefois une "belle peformance" sur le résultat net.

Le nombre de commandes sur la division civile du groupe, c'est-à-dire Airbus, a été plus faible que l'an dernier. "Ce n'est absolument pas un ralentissement, cela ne veut absolument pas dire que nous aurons une mauvaise année 2014", assure Marwan Lahoud. "Le niveau de commandes est très volatile: il y a des années extraordinaires comme l'an dernier et il y a des années normales", a-t-il poursuivi.

"Notre objectif a toujours été que le nombre de commandes soit supérieur ou égal à celui des livraisons et nous serons à ce niveau-là", a-t-il assuré.

Viser un euro pour 1,20 dollar

Marwan Lahoud est ensuite revenu sur le budget de la défense qui pourrait être l'objet de nouvelles coupes. Le directeur général délégué d'Airbus Group a assuré ne pas avoir "de sentiment d'inquiétude" à ce sujet. "Ce qui est de mise, c'est l'attente, car pour nous adapter nous avons besoin de temps, de visibilité. Ce que nous attendons c'est de savoir. Nous sommes prêts à nous adapter", a-t-il insisté.

Evoquant brièvement le pacte de responsabilité, il a rappelé qu'"il faut absolument améliorer les conditions de la compétitivité des entreprises". "Donc le pacte de responsapibilité, oui! Tout de suite! Maintenant! Ce sera utile! Et on est à fond pour".

Marwan Lahoud a ensuite abordé la question de l'euro fort, sujet crucial pour Airbus Group qui est une entreprise exportatrice. S'il a reconnu avoir "une certain satisfaction" en constatant que "cela commence à intéresser d'autres personnes que l'aéronautique", il a affirmé qu'il sera soulagé "quand nous aurons atteint des niveaux de l'euro et du dollar compatibles avec notre compétitivité". Il a ainsi cité le chiffre de 1,20 dollar pour un euro.

J.M.