BFM Business

Marseille veut son téléphérique urbain pour relier le Vieux-Port à la Bonne Mère

L'objectif du projet téléphérique vise à désengorger Notre-Dame-de-la-Garde et doper sa fréquentation, qui plafonne actuellement à deux millions de visiteurs par an

L'objectif du projet téléphérique vise à désengorger Notre-Dame-de-la-Garde et doper sa fréquentation, qui plafonne actuellement à deux millions de visiteurs par an - Boris Horvat-AFP

Le projet de téléphérique marseillais entre le Vieux-Port et Notre-Dame-de-la-Garde franchit une étape clé. Systra (filiale de la SNCF) a été désignée pour assister la ville dans son projet. Le premier voyage est prévu en 2021.

Encore très rare en France, le téléphérique urbain s'apprête à conquérir la deuxième ville de France. Le marché d'installation d'un téléphérique pour relier le Vieux-Port à Notre-Dame-de-la-Garde vient d'être attribué à Systra, une filiale de la SNCF sur la base d'un contrat de 800.000 euros hors taxe, selon Gérard Chenoz, l'adjoint LR chargé des transports à la ville de Marseille.

La société d'ingénierie pilote un groupement composé de Tim (ingénierie, spécialiste des téléphériques), de Transitec (ingénieurs-conseils) et du cabinet d'avocats marseillais MCL. "La prochaine étape, qui sera conduite par Systra, ce sera la rédaction du cahier des charges, et l'appel d'offres pour la conception et la réalisation de ce téléphérique" a expliqué l'élu marseillais.

Le groupement piloté par Systra mènera en parallèle les démarches administratives, juridiques et financières nécessaires à la réussite du projet. Dans un second temps, le groupement assurera le suivi des études et supervisera les travaux avec pour objectif une mise en service en 2021.

Un funiculaire a desservi Notre-Dame-de-la-Garde jusqu'en 1967

Si, en décembre 2016, la mairie de Marseille espérait faire aboutir ce projet d'ici à 2020, date de fin du mandat de Jean-Claude Gaudin, l'horizon a aujourd'hui été repoussé. "Les travaux devraient débuter au dernier trimestre 2019, avec une livraison au premier semestre 2021", a précisé Gérard Chenoz.

Historiquement, le site de Notre-Dame-de-la-Garde a déjà été desservi par un transport collectif par câble: un funiculaire mis en service en 1892 puis fermé en 1967 avant d'être détruit en 1974. Il aura transporté 20 millions de passagers durant ses 75 années de fonctionnement.

Le téléphérique devrait désengorger la route menant à Notre-Dame-de-la-Garde et doper la fréquentation du site qui plafonne actuellement à deux millions de visiteurs par an. "C'est le principal facteur d'attractivité de la ville, mais il est sous-développé. Nous pourrions viser les 3 millions de visiteurs", a assuré Gérard Chenoz.

"Avec deux stations distantes d'environ un kilomètre et un dénivelé de près de 150 mètres, le téléphérique est une solution pertinente pour améliorer les conditions d'accessibilité à la Bonne Mère", a plaidé de son côté Systra, déjà associé aux deux projets de téléphériques urbains parmi les plus avancés en France, à Orléans et Toulouse.

Actuellement trois villes françaises ont un téléphérique urbain, Grenoble depuis 1934, Toulon depuis 1959, et Brest depuis novembre 2016. Depuis son inauguration, le téléphérique brestois, qui relie le centre-ville au plateau des Capucins, a connu plusieurs incidents, et notamment la chute d'une de ses deux cabines en août 2017, lors de travaux de maintenance. En 2015, la loi sur la transition énergétique a prévu de faciliter le transport urbain par câble. En application de ce texte, une ordonnance a simplifié les règles de survol des habitations en zone urbaine par les télécabines.

À l'étranger, le téléphérique urbain rencontre un certain succès

A Londres, depuis les Jeux olympiques de 2012 on franchit la Tamise grâce une liaison aérienne d'un kilomètre et Porto a inauguré en 2011 son propre télécabine. En dehors d'Europe, les villes de Rio de Janeiro, New York ou Alger ont déjà intégré un téléphérique à leur réseau de transport urbain collectif.

En Bolivie, deux nouvelles lignes sont entrées en service en mars 2018 portant à 30 kilomètres la taille du réseau de téléphérique urbain le plus grand du monde à La Paz. Chaque jour, 160.000 passagers l'empruntent pour circuler dans la capitale la plus haute du monde (3500 m).

Frédéric Bergé