BFM Business

Marc Simoncini tente l’aventure du vélo de luxe

Marc Simoncini était l'invité de Stéphane Soumier ce mercredi matin.

Marc Simoncini était l'invité de Stéphane Soumier ce mercredi matin. - BFM Business

"Le fondateur de Meetic et de Sensee, multi-investisseur, lance un vélo à 14.900 euros."

Marc Simoncini n’est pas qu’un entrepreneur du numérique. Connu pour avoir fondé -puis revendu- le site de rencontres Meetic, il s’intéresse aussi aux deux roues et lance un vélo sous la marque "Heroïn". Vendu 14.900 euros, et en édition limitée, celui-ci s’adresse à des initiés, qu’ils soient Français, Allemands, Américains ou Japonais. "C’est un vélo pour un passionné, un fortuné, qui veut se faire un beau cadeau", a expliqué ce mercredi matin Marc Simoncini sur le plateau de BFM Business.

Le design se veut élégant et sobre. Les créateurs de ce vélo ont particulièrement travaillé son aérodynamisme. L’ambition, à terme, est d’élargir le champ des produits distribués sous la marque Heroïn.

"Pour l’instant c’est un vélo, on espère que cela pourra créer une marque (...) qui se déclinera sur d’autres projet", a-t-il précisé. "On a la légitimité pour faire le meilleur et le plus beau vélo du monde en France", a estimé Marc Simoncini. Avant d’ajouter: "La seule chose qu’on ne sait pas faire en France, c’est le travail manuel pour relier les tubes, le cadre. C’est vraiment un travail d’artisan, les Italiens ont un savoir-faire extraordinaire. Ce savoir-faire là on ne l’a pas en France. Mais à part cela, tout est fait en France".

Créer une marque ombrelle

L’entrepreneur souhaite faire émerger "des marques de luxe françaises qui font des produits très performants, novateurs, sous une marque ombrelle qui pourrait être Heroïn. À condition que ce soit fait en France, et que ce soit justifié de faire un produit français".

Également à l’origine du site de vente de lunettes Sensee, Marc Simoncini est par ailleurs investisseur dans de nombreuses start-up, notamment aux côtés de Xavier Niel (Free) et de Jacques-Antoine Granjon (Vente-privée). Il avait déjà investi dans le secteur industriel, mais sans réussir à miser sur le bon cheval: il avait investi 1,5 million d’euros en 2013 dans le fabricant français de dameuses Aztec, une entreprise placée en liquidation judiciaire l’an dernier puis rachetée pour tout juste 300.000 euros.

Marc Simoncini soutient Emmanuel Macron

L’interview de ce matin a par ailleurs été l’occasion pour Marc Simoncini de revenir sur ses opinions politiques. "On n’imagine pas qu’un homme tel que Macron, qui a ces qualités-là, cette vision-là, puisse porter un projet qui ne soit pas celui qu’il faut pour la France", a-t-il lancé. Concluant: "Si un jour ça va plus loin, je serais probablement l’un de ses soutiens".

Adeline Raynal