BFM Business

Mahindra s'intéresse à Pininfarina

Pininfarina est en proie à de sérieuses difficultés financières.

Pininfarina est en proie à de sérieuses difficultés financières. - Fabrice Coffrini - AFP

Le conglomérat indien a dévoilé son "intérêt" pour le groupe italien. Mais aucun accord n'a été signé.

Il y aura-t-il un rapprochement Pininfarina et Mahindra? Le principal actionnaire du groupe italien de design automobile Pininfarina, la société Pincar, a reçu une manifestation d'"intérêt" de la part du conglomérat indien, mais aucun accord "contraignant" n'a été signé, selon un communiqué ce jeudi 26 mars.

Pincar déclare ne pas exclure de céder sa part dans Pininfarina, mais souligne qu'"à ce stade, en dépit de l'intérêt manifesté par Mahindra, l'un des plus importants clients de Pininfarina, il n'existe entre les parties aucun accord contraignant de quelque nature que ce soit préfigurant un rachat de Pininfarina par la société indienne".

Pincar, qui selon l'agence financière Bloomberg détient 76% de Pininfarina, rappelle que les titres qu'il détient dans Pininfarina sont hypothéqués auprès des banques créditrices depuis une restructuration de dette intervenue en décembre 2008.

Sérieuses difficultés financières

"Depuis un certain temps, Pincar, en accord avec les instituts financiers, envisage différentes options en vue du soutien et du développement du plan industriel de Pinifarina, parmi lesquelles une éventuelle cession de sa participation", selon ce communiqué émis à la demande de l'autorité boursière Consob. Une éventuelle cession nécessiterait le feu vert des 13 banques créditrices du groupe de design, souligne-t-il.

Fondée en 1930 à Turin, la carrosserie Pininfarina s'est rapidement lancée dans le design automobile, collaborant avec Ferrari, Alfa Romeo ou encore Peugeot. De ses studios sont sorties les silhouettes de près d'un millier de voitures, de la Peugeot 403 du lieutenant Columbo à la Ferrari 250 GT.

En proie à de sérieuses difficultés financières ces dernières années, le groupe a déjà dû renoncer en 2011 à l'assemblage pour se concentrer sur le design et l'ingénierie. Après une longue série de pertes, le groupe a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 86,6 millions d'euros (+8,5%), pour un bénéfice net de 3,9 millions d'euros.

D. L. avec AFP