BFM Business

Louis Schweitzer dédouane Renault et PSA

Louis Schweitzer ne croit pas que les choix stratégiques des directions de Peugeot et de Renault expliquent les difficultés auxquelles ils sont confrontés

Louis Schweitzer ne croit pas que les choix stratégiques des directions de Peugeot et de Renault expliquent les difficultés auxquelles ils sont confrontés - -

L’ancien patron de Renault considère que les deux constructeurs français pâtissent davantage de phénomènes conjoncturels que de potentiels mauvais choix. Il est convaincu que Renault et PSA ont un avenir.

Les choix stratégiques des deux constructeurs ne sont pas la cause principale de leurs déboires. Pour Louis Schweitzer, l’ancien patron de Renault, qui s’exprimait mardi 29 janvier sur Canal Plus, c’est la conjoncture européenne qui est en cause.

"Les classes moyennes, les acheteurs d'automobiles sont moins nombreux et c'est vrai notamment en France", a-t-il ainsi déclaré. Or, "le cœur de la clientèle de Renault, ce sont les classes moyennes", souligne-t-il pour expliquer la chute des ventes de voitures dans l’Hexagone.

La France restera une nation industrielle automobile

D’autres "phénomènes conjoncturels" expliquent selon lui la crise rencontrée par la marque au losange, comme par exemple "les politiques commerciales de certains constructeurs". Il est certes plus aisé pour des leaders mondiaux comme Volkswagen ou Toyota de casser leurs prix en France, et de compter sur leurs ventes mondiales pour amortir le déclin européen.

Celui qui fût PDG de Renault de 1992 à 2005, puis président de 2005 à 2009, reste confiant en l’avenir de des deux constructeurs. La France restera une "nation industrielle automobile", a-t-il assuré.

Louis Schweitzer a d’ailleurs relativisé la différence de performance entre les Allemands et les Français dans l’automobile. Affirmant que les coûts de production hexagonaux sont "plutôt moins élevés" qu’outre-Rhin, il a estimé que ce n’était qu’une "question d'image".

Nina Godart et avec agences