BFM Business

Les taxis réagissent aux propositions de Michèle Alliot-Marie

-

- - -

La ministre de l’Intérieur a présenté ses propositions pour les taxis, qui semblent satisfaits de certaines avancées proposées.

Alors que Michèle Alliot-Marie a annoncé ce matin les propositions qui vont faire l'objet d'un protocole d'accord avec les fédérations professionnelles de taxis, Pascal Wilder, secrétaire général de la Fédération nationale des taxis indépendants, était en direct dans Bourdin&Co pour réagir.

Tout d'abord, la ministre de l'Intérieur souhaite que les taxis parisiens changent d'apparence, avec des voitures bicolores identiques pour tous les taxis. Pascal Wilder a réagi à cette proposition : « D'après le ministère, ça permettrait d'avoir une meilleure visibilité des véhicules dans la circulation, alors que de nombreux pays avaient des couleurs imposées et ont maintenant arrêté car il se sont aperçus que ce n'était pas la bonne solution. La bonne solution, c'est le lumineux sur le toit et sur ce point nous sommes relativement d'accord pour avoir un nouveau système de lumineux plus visible et plus compréhensible pour les clients ».

D'autre part, MAM a proposé la création d'une voie de l'autoroute A1 réservée aux taxis et aux transports en commun entre l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle et Paris. La réaction de Pascal Wilder : « C'est une demande que l'on avait depuis très longtemps. Il s'agit de savoir comment la voie va être faite, si elle va être sécurisée. On le voit avec les voies prioritaires qui existent dans les villes, il y a des accrochages car des gens vont sur cette voie vu que l'on est moins visible qu'un bus ».

Sur la volonté affichée de Michèle Alliot-Marie d'augmenter de 33% le nombre de taxis parisiens en trois ans, Pascal Wilder a déclaré : « On est très conscients qu'il y a des problèmes aux heures de pointe à Paris, donc passer de 15 à 20 000 taxis et les voies réservées, cela va changer les choses. En Province, les ruptures de charge sont beaucoup plus exceptionnelles et les gens ont moins de mal à trouver un taxi qu'à Paris ».

La rédaction-Bourdin & Co