BFM Business

Le pass Navigo va passer à 75,20€ le 1er août

Les lycéens boursiers vont devoir payer plus cher leur abonnement aux transports.

Les lycéens boursiers vont devoir payer plus cher leur abonnement aux transports. - Patrick Kovarik - AFP

D'après Le Parisien, le Stif s'apprête à voter une nouvelle augmentation du Pass Navigo qui devrait coûter 75,20 euros par mois dès le 1er août.

Pour la deuxième année consécutive, le Pass Navigo va de nouveau augmenter. Alors qu'il coûte aujourd'hui 73€ par mois, il devrait augmenter de 3% le 1er août prochain pour atteindre 75,20€. Le conseil d'administration du Stif doit voter cette hausse le 28 juin prochain, rapporte Le Parisien, citant l'entourage de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse. Une information confirmée auprès de la région par l'AFP.

Cette augmentation du pass mensuel s'accompagnera d'une hausse du carnet de tickets qui passera de 14,50€ à 14,90€. En revanche, le prix des tickets de métro à l'unité et le prix des billets "Origine-destination" ne subiront pas d'augmentation. 

Par ailleurs, une nouvelle version du ticket Mobilis, qui permet de se déplacer à volonté pendant 24 heures dans des zones donner va voir le jour. Pour se déplacer entre deux zones, le ticket coûtera 7€ contre 7,30€ aujourd'hui et 10€ pour trois zones contre 9,70€ aujourd'hui. 

Une hausse justifiée par les investissements du Stif

Il s'agit de la deuxième hausse du Pass Navigo décidée par Valérie Pécresse depuis son arrivée à la tête du Stif et de la région Ile-de-France. En 2015, devenu pass dézoné, les utilisateurs devaient débourser 70€, un tarif auquel Valérie Pécresse avait décidé de ne pas toucher pour ne pas "jouer avec le pouvoir d'achat des Franciliens".

Au cours de l'été 2016, le Pass Navigo a pourtant subi une première hausse en passant à 73€. Valérie Pécresse a à plusieurs reprises affirmé avoir promis de ne pas toucher au tarif unique et non pas au tarif du Pass Navigo. L'an dernier, elle avait dénoncé "l'ardoise de 300 millions d'euros" laissée par son prédécesseur Jean-Paul Huchon à la tête de la région et du Stif. Cette année, l'augmentation du tarif est justifiée par les investissements réalisés.

"En 2018, nous aurons passé 100% des commandes de trains et de rames, nous poursuivons les renforts d'offre sur les bus, nous déployons le plan vélo... Tous ces investissements, nous devons les financer", argumente la Région auprès du Parisien.

Une nouvelle augmentation qui n'a pas manqué de faire réagir l'opposition lui rappelant ses engagements de 2015, vidéo à l'appui.

C. B