BFM Business

Le fonds TCI repart à l’assaut du mariage entre Safran et Zodiac

Les discussions de mariage entre Zodiac et Safran ont débuté en novembre dernier

Les discussions de mariage entre Zodiac et Safran ont débuté en novembre dernier - Remy Gabalda - AFP

Le fonds activiste a envoyé une lettre à l’Autorité des marchés financiers pour signaler des achats d’actions du président de Zodiac avant l’annonce du mariage avec Safran.

Le fonds TCI tente une nouvelle offensive contre le mariage entre Safran et Zodiac. Lundi, il a envoyé une nouvelle lettre à l’Autorité des marchés financiers (AMF) l’alertant sur des achats d’actions massifs du président de Zodiac alors que les discussions avaient déjà commencé avec Safran. En effet, Didier Domange, et sa femme Elisabeth, ont acheté pour 3,9 millions d’euros d’actions Zodiac entre le 24 novembre et le 5 décembre 2016. Huit opérations réalisées à 20 euros alors qu’un mois et demi plus tard, Safran offre 50% de plus en rachetant à 29,5 euros.

Cette série sème le doute alors que les "discussions préliminaires ont commencé en novembre" d’après des propos du directeur général de Safran, Philippe Petitcolin. En réalité, elles se sont accélérées juste après les résultats annuels de Zodiac, le 22 novembre. "La direction a fait une opération vérité sur ses comptes que Safran a interprétée comme un feu vert pour lancer les discussions", explique un proche du groupe. Dans ce contexte, TCI pose la question du délit d’initiés de Didier Domange, à travers sa société personnelle Fidoma.

Domange mandate une banque pour gérer ses actions

Un démenti cinglant est venu de la direction de Zodiac. "Didier Domange a confié un mandat de gestion extérieure pour ses actions, explique un porte-parole du groupe. Il n’a donné aucune instruction". Depuis plusieurs années, il confie à une banque un mandat de 18 mois pour dépenser ses dividendes selon le cours de Bourse. "Son avocat lui a appris ces achats une fois les opérations publiées à l’AMF, assure un juriste de Zodiac. Didier Domange ne sait rien quand sa banque achète des actions pour lui". Les règles d’achats ou de vente sont fixées à l’avance.

Pourtant, ces opérations ont bel et bien semé la confusion pendant les négociations entre Safran et Zodiac. Les deux groupes ont vu les achats d’actions déclarés à l’AMF dès fin novembre. "Évidemment, cela nous a gênés et on s’est posé la question de mettre fin au mandat pour éviter tout soupçon, explique une source proche de Zodiac. Mais le stopper aurait conduit à donner une information privilégiée à la banque tierce et du coup à l’initier à l’opération". Le règlement de l’AMF interdit d’ailleurs d’arrêter ces mandats en cours pour éviter toute fuite d’information. Au risque de semer le trouble.

Ces deux dernières années, Didier Domange et son épouse avaient déjà réalisé de tels achats, dans le cadre du même mandat de gestion. Début 2016, ils avaient acheté pour 4,5 millions d’euros au prix moyen de 19 euros. L’OPA de Safran leur permet ainsi de réaliser une belle plus-value de 50%. Mais début 2015, ils avaient déboursé environ 6 millions d’euros pour des actions à un prix moyen d’environ 29 euros. Des achats qui ont sûrement pesé pour fixer le prix final de l’offre à 29,5 euros qui leur permet de ne pas perdre d’argent dessus.

Matthieu Pechberty