BFM Business

Le Brésil refuse à Boeing le contrôle total d'Embraer

Boeing est en discussions avec Embraer.

Boeing est en discussions avec Embraer. - Eric Piermont - AFP

Le gouvernement brésilien n'est pas opposé à l'arrivée de Boeing dans le capital du groupe. Mais il n'entend pas laisser son fleuron passer sous giron américain.

Le gouvernement brésilien n'est pas opposé à l'arrivée dans le capital d'Embraer d'un groupe étranger mais il n'entend pas voir ce fleuron de son industrie passer sous giron américain. "Tout apport de capital étranger est bienvenu", de même que "tout accord de partenariat" mais "le transfert du contrôle n'est pas en discussion" a explique lé président Michel Temer à des journalistes. Bien qu'actionnaire minoritaire, l'État dispose d'un droit de veto lui permettant de bloquer une cession qu'il n'approuverait pas.

L'avionneur brésilien et le constructeur aéronautique Boeing avaient annoncé jeudi des discussions en vue d'un rapprochement, moins de trois mois après l'officialisation d'un partenariat entre l'européen Airbus et le canadien Bombardier. Ils avaient toutefois précisé prudemment qu'"il n'y a aucune garantie que ces discussions aboutiront à un accord", soulignant que "toute transaction serait soumise à l'approbation du gouvernement brésilien et de leurs autorités de régulation, ainsi que des conseils d'administration des deux entreprises et à celui des actionnaires d'Embraer".

Faire jouer l'action préférentielle

Michel Temer a confirmé ainsi la crainte des deux constructeurs de voir Brasilia s'opposer purement et simplement à une perte de contrôle d'Embraer en faisant jouer sa "golden share", action préférentielle qui lui donne un droit de veto sur les décisions stratégiques où sa souveraineté est en jeu. Les déclarations présidentielles ont fait faire du yo-yo entre le vert et le rouge à l'action d'Embraer qui avait bondi jeudi.

Troisième constructeur mondial avec 6 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2016, Embraer, qui avait été privatisé en 1994, est l'un des joyaux du Brésil avec une gamme d'avions civils, militaires mais aussi de jets d'affaires. Le secteur aéronautique demeure un secteur hautement stratégique pour le Brésil, même si celui-ci est désespérément à la recherche d'argent frais pour remplir ses caisses vidées par une récession historique.

D. L. avec AFP