BFM Business

La vente des Rafale à l'Inde bouclée dans 10 jours?

Le Rafale de Dassault, ici lors d'une démonstrations lors du dernier salon du Bourget

Le Rafale de Dassault, ici lors d'une démonstrations lors du dernier salon du Bourget - Eric Piermont - AFP

Paris et New Delhi pourraient annoncer dans une dizaine de jours un accord soldant la vente de plusieurs unités de l'avion de chasse de Dassault, selon Reuters. Sans toutefois donner davantage de précisions.

Le long feuilleton se dirige-t-il vers un "happy end"? La France et l'Inde pourrait annoncer d'ici à une dizaine de jours un accord sur la commande par New Delhi d'avions de combats Rafale de Dassault, selon une source citée par Reuters.

En avril dernier, le Premier ministre indien Narendra Modi avait créé la surprise en annonçant, lors de sa visite en France, vouloir commander au plus vite 36 Rafale "sur étagère", c'est-à-dire construits dans l'Hexagone. Ce alors que les discussions s'enlisaient sur une commande plus large de 126 appareils (dont 108 produits en Inde) depuis 2012

La source citée par Reuters ne précise toutefois pas sur quelle commande porte l'accord annoncé dans les 10 jours.

Des points d'achoppement

Des sources proches du dossier avaient déclaré début août que les discussions sur les 36 avions achoppaient sur des divergences entre Paris et New Delhi. Les deux parties étaient en désaccord sur le prix unitaire des avions et sur la volonté de l'Inde d'obtenir pour ce contrat-là aussi, des "offsets" (une partie de la valeur du contrat produite en Inde).

Contrairement au contrat plus large, issu d'un appel d'offres très disputé et remporté par Dassault Aviation, cette commande de 36 Rafale ne prévoit en principe pas de production en Inde, pour ne pas retarder la livraison.

L'Inde, confrontée à la montée en puissance militaire de la Chine et du Pakistan, accuse 19 ans de retard dans son programme national de construction d'avions de combat légers, la certification finale du premier avion n'étant prévue que pour mars 2016.

Dassault Aviation a annoncé en juillet sa décision de tripler sa cadence de production d'ici 2018 à trois avions par mois afin de faire face à de nouvelles commandes à l'export, après avoir engrangé deux contrats d'un total de 24 avions chacun en Egypte et au Qatar.

J.M. avec Reuters