BFM Business

La Suisse investit pour transporter ses marchandises sous la terre

Le réseau de tunnel permettra le transport de palettes et de caisses pour paquets sur des véhicules autonomes et automatisés.

Le réseau de tunnel permettra le transport de palettes et de caisses pour paquets sur des véhicules autonomes et automatisés. - Cargo Sous Terrain (CST)

Des firmes privées, dont les distributeurs Coop et Migros, investissent dans le premier tronçon, entre Zurich et le canton de Berne, d'un tunnel souterrain uniquement dédié au transport automatisé de marchandises. Les grandes villes de Suisse seront toutes desservies en 2045.

Pour transporter à terme les marchandises et ravitailler ses grandes villes, la Suisse ne parie ni sur le rail, ni sur la route. Alors que se profilent à court terme comme chez Uber des projets de convois de camions "autonomes" roulant sur les autoroutes, la confédération parie sur une infrastructure dédiée totalement souterraine et isolée des autres modes de transport. 

"Cargo sous terrain" (CST), le projet de transport automatisé de marchandises sous terre à travers la Suisse, a séduit ses premiers investisseurs. Les assureurs La Mobilière, Helvetia ainsi que les distributeurs Coop et Migros ont prévu d'investir 22,5 millions de francs suisses (19,2 millions d'euros) pour la phase de permis de construire du premier tronçon qui reliera dès 2030 la région d’Härkingen/Niederbipp à Zürich en Suisse centrale. Pour les puissants acteurs suisses du commerce de détail que sont Coop et Migros, cet investissement vise à garantir un approvisionnement fiable en produits dans les villes qui seront desservies par le futur réseau de transport.

CST se veut une nouvelle infrastructure souterraine, censée compléter et délester d’ici 10 ans le réseau de route et de rail suisse. Des tunnels creusés à 50 mètres sous terre relieront des sites de production et des sites logistiques aux agglomérations. Il est soutenu par le conseil fédéral de Berne même si celui-ci ne lui apportera aucune aide financière directe.

-
- © Le système de tunnels peut recevoir des véhicules autonomes automatisés comme des palettes et des conteneurs de toute sorte. Source : Cargo sous terrain.

D'ici 2045, le premier tronçon s'insérera dans un réseau de tunnels souterrains reliant d'est en ouest, les lacs de Constance et de Genève avec des extensions vers Bâle et Lucerne. Ce réseau reliera alors quelque 80 hubs de transbordement d'où les marchandises rejoindront la surface pour être acheminées à leur destination.

Sur le plan technique, "Cargo sous terrain" est présenté par ses concepteurs comme un système logistique automatisé. Il permettra "le transport de palettes et de caisses pour paquets, articles individuels, produits en vrac ainsi que le stockage intermédiaire" selon le site internet de présentation du projet.

Tout le système sera piloté par une gestion informatisée des services logistiques, depuis le point de départ jusqu’à la destination finale. Le coût total du projet est estimé à 33 milliards de francs suisses (28,9 milliards d'euros).

Une fois que l'infrastructure sera achevée, ses promoteurs estiment qu'elle réduira d’environ 30 % le transport de marchandises dans les villes et de 40 % le trafic autoroutier des poids lourds.

En mars 2017, le projet avait franchit une étape importante avec la transformation de l’association de promotion Cargo sous terrain (CST) en société anonyme. Sa faisabilité technique et commerciale avait d'autre part été confirmée par une étude de faisabilité qui s'est achevée en 2015.

Frédéric Bergé