BFM Business

La saga Fast and Furious, un cauchemar pour les assureurs

Les destructions en tout genre des 7 premiers épisodes de la franchise Fast and furious auraient couté 491 millions d'euros dans la réalité.

Les destructions en tout genre des 7 premiers épisodes de la franchise Fast and furious auraient couté 491 millions d'euros dans la réalité. - -

Alors que le 8e épisode de Fast and Furious sort le 12 avril en France, une compagnie d’assurances britannique a estimé les coûts des dommages causés dans les 7 précédents films. Il y en aurait pour un demi-milliard d'euros si toutes les destructions étaient réelles.

Et s’il avait réellement fallu indemniser le propriétaire de la supercar Lykan détruite dans Fast and Furious 7, repayer une maison neuve à Dominic Toretto après l’explosion de sa demeure, toujours dans l’épisode 7, ou encore dédommager les propriétaires de l’avion écrasé dans l’épisode 6? C’est la question que s’est posé InsuretheGap.com.

Cette compagnie d’assurances britannique a chiffré tous les dégâts causés dans les 7 films de la saga, comme si elle avait dû indemniser les propriétaires des véhicules, bâtiments et autres infrastructures endommagés et/ou pulvérisés pour les besoins de l’intrigue. Dans ce cas, il n’est pas sûr que les héros Dominic Toretto et Brian O’Conner puissent encore contacter un assureur. Le total des dégâts se monterait en effet à 419,44 millions de livres, soit… 491,3 millions d’euros!

Les "gentils", de véritables casseurs

Car ce ne sont pas les "méchants" qui détruisent le plus dans Fast and Furious, mais les héros. Dominic Toretto (joué par Vin Diesel), Brian O’Conner (joué par Paul Walker) et leurs amis ont en effet endommagé pour 305 millions d’euros (261,108 millions de livres) de matériel.

Le malus de Dominic Toretto, vrai-faux ancien criminel et pilote émérite, a en particulier grimpé: il est responsable à lui seul de 65,5 millions d’euros de dégâts (56 millions de livres), entre le crash dans une course-poursuite sur un gratte-ciel d’une Lykan, estimée à 3,2 millions d’euros, de nombreux camions comme la citerne dans la scène d’ouverture de Fast & Furious 4 ou d’un bus blindé dans la scène d’ouverture du 7e épisode.

Heureusement pour Dominic, le grand méchant Deckard Shaw (joué par Jason Statham) explose tous les compteurs individuels, avec à lui seul 174,3 millions d’euros (148,786 millions de livres) de dégâts, concernant essentiellement des voitures et autres véhicules spéciaux passés par pertes et profits (enfin, certainement pas profits pour sa compagnie d’assurances).

Hausse des dégâts depuis 2011

Tous les épisodes de Fast And Furious ne se résument cependant pas à une gigantesque entreprise de démolition. Les premiers films comptent surtout quelques ailes de bolides refaites et de petites explosions. Le 5e film, le bien-nommé Fast Five, marque un tournant en 2011 dans les scènes rocambolesques, et donc les destructions majeures, de l’explosion d’un train à l’utilisation d’un coffre-fort pour dégommer des voitures.

Cette tendance est allée croissant jusqu’à l’épisode 7, sorti en 2015, où la facture s’est envolée. Et rien ne devrait changer dans l’épisode 8, The Fate of the Furious, qui sortira mercredi 12 avril en France. A la seule vue de la bande-annonce (cf ci-dessous), du piratage de voitures connectées à l’utilisation d’un char et d’un sous-marin sous la banquise, InsuretheGap.com risque de revoir sa facture à la hausse. Mais la saga Fast and Furious peut pour l’instant tout se permettre. L’épisode 7 avait en effet enregistré 1,15 milliard de dollars de recettes (environ 1,078 milliard d’euros).

Pauline Ducamp