BFM Business

La reconnaissance faciale sera-t-elle mise en place à Roissy et Orly?

Augustin de Romanet rappelle que la "sécurité totale n'existe pas".

Augustin de Romanet rappelle que la "sécurité totale n'existe pas". - Eric Piermont - AFP

Augustin de Romanet estime que la reconnaissance faciale est "à terme probablement une piste vers laquelle on pourrait s'orienter". Ce dispositif permettrait d'identifier, dans les aéroports, les personnes fichées comme dangereuses.

Augustin de Romanet a préconisé la reconnaissance faciale "à terme" dans les aéroports pour identifier les personnes fichées comme dangereuses après l'agression d'une militaire à Orly samedi. La reconnaissance faciale est "à terme probablement une piste vers laquelle on pourrait s'orienter", a déclaré le PDG d'Aéroports de Paris, au micro de France Inter.

En revanche, il a estimé qu'il "ne faut pas de contrôles dans les zones publiques", c'est-à-dire les zones librement accessibles, comme par exemple les parcs de stationnement, les zones d'accueil, les voiries extérieures. À l'aéroport d'Orly, où sont installées 2.000 caméras, la reconnaissance faciale est déjà pratiquée "pour faciliter la rapidité du passage aux frontières mais pas pour détecter les personnes jugées dangereuses", a rappelé Augustin de Romanet.

"La sécurité totale n'existe pas"

La technique de reconnaissance faciale établit une connexion entre le visage fiché et les images prises par la caméra. "La sécurité totale n'existe pas", a affirmé le patron qui s'est rendu en octobre en Israël pour "voir les méthodes" de sûreté à l'aéroport Ben Gourion à Tel Aviv. Il a estimé que de tels "check points placés à 5 ou 6 km de l'aéroport" n'étaient "pas réalisables en l'état actuel" dans les aéroports parisiens.

L'aéroport Ben Gourion accueille "moins de 6 millions de passagers par an" contre 66 millions à Roissy-Charles-de-Gaulle et 30 millions à Orly, a souligné Augustine de Romanet. De tels points de sécurité provoqueraient d'énormes embouteillages, tandis que des contrôles dans la zone publique créeraient des files d'attente et donc des "cibles à l'extérieur de l'aéroport", selon lui.

L'agression d'une militaire samedi à l'aéroport d'Orly a conduit les autorités à fermer momentanément les deux terminaux de l'aéroport et à dérouter de nombreux avions vers des aéroports voisins.

D. L. avec AFP