BFM Business

La moto électrique se met discrètement sur la ligne de départ

Cette Wattman de Voxan est la moto électrique la plus rapide avec une vitesse de pointe de plus de 200 km/h. Mais surtout, elle est française.

Cette Wattman de Voxan est la moto électrique la plus rapide avec une vitesse de pointe de plus de 200 km/h. Mais surtout, elle est française. - Voxan

Les voitures électriques sont désormais bien identifiées par le grand public. Mais les motos qui ont laissé tomber leur moteur à essence font peu parler d'elles. Ces deux-roues puissants et non-polluants sont pourtant prêts à réconcilier les bikers avec l'écologie.

Il aura fallu qu’Harley Davidson se décide à se lancer sur ce terrain avec sa LiveWire pour que l’on parle enfin de la moto électrique. Alors que les technologies créent une véritable révolution dans le monde de l’automobile, l’innovation des deux roues ne semble pas intéresser grand monde. Il est même presque impossible d’obtenir des chiffres de ventes de ce marché encore très confidentiel.

Et pourtant, depuis plusieurs années, de nombreux fabricants se lancent dans cet univers avec des engins futuristes qui ont toutes les qualités pour séduire les motards. Alors que le nombre de constructeurs de voitures électriques se compte sur les doigts d’une main, ils sont déjà nombreux dans la moto. Mais malgré leur nombre, chacun a su créer des modèles spécifiques, dotés d'une personnalité très marquée.

Hormis Harley, il s’agit surtout de start-up peu connues du grand public ce qui explique peut-être leur difficulté à se faire connaître. Parmi elles, Brammo, Zero, Sora ou encore Volta ont créé des modèles aussi sportifs que l’est une Tesla S parmi les voitures.

Les équipementiers se préparent pour un marché en devenir

Mais les choses pourraient changer. Bosch vient de créer la division "Two Wheeler and Powersports" qui est chargée de développer des éléments électriques spécialement conçus pour les deux roues. Elle produit de nombreux composants comme de systèmes de freinage, de contrôle de stabilité, d’entrainement et même des interfaces pour permettre à ces engins de communiquer avec des smartphones ou des tablettes, mais aussi d’envoyer des données sur le Cloud.

Cette entité qui regroupe l’ensemble des activités moto du groupe a installé son siège à Yokohama, l’une des capitales de cette industrie. Elle dispose aussi de bureaux en Europe, en Inde, en Chine et aux Etats-Unis. Les ambitions de Bosch sont claires. Dirk Hoheisel, membre du Directoire du groupe allemand voit les choses en grand: "Nos technologies améliorent déjà l'efficacité et la sécurité de presque toutes les voitures. Elles le seront demain sur toutes les motos". Même les électriques ? Sans doute.

Aux États-Unis, l’autre patrie de la moto, il n’est pas encore question de baisser le bras. Harley a décidé d’accélérer le mouvement en présentant le prototype de sa LiveWire aux quatre coins du monde. Cette décision marque une volonté d’afficher sa capacité à innover, mais pas seulement.

La firme de Milwaukee a vu son chiffre d’affaires s’effondrer de 40% depuis 2009. Certes, ses motos sont des légendes mondiales, mais elles n’intéressent qu’une communauté. Le constructeur veut donc élargir sa clientèle pour séduire de nouveaux bikers. Cette décision pourrait enfin lancer le top départ d’une industrie qui tarde à se populariser.