BFM Eco

La Défense: une expérimentation pour désengorger les transports en commun aux heures de pointe

Les transports en commun franciliens.

Les transports en commun franciliens. - MIGUEL MEDINA / AFP

À partir du 28 novembre, une quinzaine d'entreprises du quartier d'affaires seront invitées à lisser les horaires de leurs salariés et à encourager le télétravail pour désengorger les transports en commun.

C’est une problématique qui persiste et qui risque de s’aggraver au regard de l’évolution démographique de la région (+60.000 habitants par an). Le 28 novembre prochain, l’Ile-de-France va lancer une expérimentation pour désengorger une partie des transports en commun aux heures de pointe.

Il faut dire que la situation devient critique pour nombre de travailleurs franciliens contraints chaque jour, notamment entre 7h et 9h30, de monter à bord de trains bondés pour se rendre sur leur lieu de travail. D’autant que la saturation des transports impacte significativement leur fonctionnement en provoquant parfois d’importants retards.

Les entreprises incitées à lisser les horaires des salariés 

"Je rencontre des Franciliens qui sont littéralement en burn-out parce qu'aujourd'hui les transports sont saturés", avait déclaré l'an passé Valérie Pécresse, présidente de la région. Aujourd'hui, on estime qu’un déplacement domicile-travail sur 3 dure plus de 45 minutes en Ile-de-France.

Pour y remédier, un plan pour désengorger les transports va être testé à la Défense où 85% des 180.000 salariés utilisent les transports en commun. Une quinzaine d’entreprises volontaires du quartier d’affaires (Allianz, Axa, EDF, Engie, les Quatre Temps, Total, Société Générale, RTE…) se sont engagées auprès de la région à lisser les horaires de leurs salariés. Autrement dit, à permettre à certains d’entre eux de décaler leurs horaires pour éviter d’avoir à emprunter les transports aux heures de pointe.

5 à 10% de salariés en moins aux heures de pointe

En signant une convention, ces mêmes sociétés s’engagent à réduire de 5 à 10% le nombre de salariés aux heures de pointe du matin, notamment le mardi et le jeudi, les jours traditionnellement les plus chargés. Les entreprises impliquées sont également invitées à mettre en place le télétravail quelques jours par semaine et à sensibiliser les salariés à la pratique du vélo, à la marche pied, au covoiturage, à l’autopartage, ou encore à la trottinette.

Entre 35.000 et 50.000 salariés pourraient être concernés. "Dans le cadre de cette expérimentation et afin de créer une dynamique sur le territoire, l’établissement public local (EPL) Paris La Défense va organiser un ‘challenge mobilité’. Objectif: récompenser les salariés qui joueront le jeu avec des cadeaux. La Région va soutenir ce challenge à hauteur de 15.000€", explique la région Ile-de-France.

L’expérience sera également menée dans les secteurs du Grand Paris Sud et ceux entourant les deux branches Nord de la ligne 13 du métro. 

La région Ile-de-France avait déjà encouragé de telles initiatives et notamment le télétravail. Celui-ci permettrait de mettre fin, selon la présidente de la région Valérie Pécresse au JDD, à une "aberration francilienne", selon laquelle l’Ile-de-France dépense "des milliards d’euros pour avoir un magnifique réseau de transports -24 milliards d’ici à 2024- alors que 71% du trafic quotidien en semaine est effectué pendant les heures de pointe, en particulier le matin".

Paul Louis