BFM Business

L'usine PSA d'Aulnay à nouveau bloquée par la grève

-

- - -

Les ateliers de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois ont rouvert ce lundi matin après 10 jours d’arrêt. Ils ont aussitôt été bloqués par les grévistes sur place malgré la centaine de vigiles déployée par la direction.

Climat très tendu à l’ouverture des portes de l’usine PSA Peugeot Citroën d’Aulnay-sous-Bois. Le travail devait reprendre ce lundi matin après 10 jours d'arrêt mais les grévistes ont fait plier la direction qui avait appelé en renfort plus de 200 cadres d’autres sites. L’usine est à l’arrêt complet.

« On ne se laissera pas faire »

Pour les 400 grévistes sur place, l’objectif est simple : « « Réoccuper l’usine, explique l’un d’eux sur RMC. On nous a foutu dehors la semaine dernière, là on nous attend avec des vigiles et des cars mais nous on ne se laissera pas faire, mais ça se fera sans incident. La production on ne va pas la faire tourner. Sans nous il n’y a pas de bagnoles donc ils peuvent faire venir des centaines de cadres des autres usines, ils peuvent faire rentrer des intérimaires en toute illégalité pour faire tourner les chaînes, les chaînes ne tourneront pas ».

L'usine doit fermer en 2014

La CGT, qui a lancé la grève qui a paralysé l'usine du 16 au 18 janvier, ensuite fermée sur décision de la direction la semaine dernière, a appelé à une reconduction du mouvement. L'usine, qui doit fermer en 2014 dans le cadre d'un plan de restructuration prévoyant la suppression de 8 000 postes, a été fermée pendant dix jours, depuis le début d'une grève avec occupation de l'usine du 16 au 18 janvier.
La semaine dernière, la direction avait décidé de ne pas rouvrir, en raison d'une avarie électrique mais surtout parce que, selon elle, les « conditions de sécurité » n'étaient « pas remplies » alors que certains grévistes ont cassé du matériel et exercé des « pressions » sur des non-grévistes, selon elle.

La Rédaction, avec H. Perrier et AFP