BFM Business

L'Inde va-t-elle enfin acheter le Rafale?

Le contrat pourrait rapporter 20 millions de dollars à Dassault Aviation.

Le contrat pourrait rapporter 20 millions de dollars à Dassault Aviation. - -

Prévue initialement au début de l'année, la signature d'une commande de 126 avions devrait avoir lieu dans 3 mois, selon Times of India. Mais le ministère indien de la Défense affirme qu'il est trop tôt, puisqu'il n'a pas encore eu le temps de se pencher sur le dossier.

Le Rafale va-t-il enfin être vendu à l'étranger? L'Inde prévoit de signer d'ici trois mois la commande définitive de 126 chasseurs Rafale à Dassault Aviation, rapporte ce mardi 3 juin le quotidien Times of India.

La signature du contrat de 20 milliards de dollars (14,7 milliards d'euros) permettrait la livraison des 18 premiers Rafale à partir de la mi-2016, les 108 autres exemplaires de l'avion devant être assemblés en Inde à partir de 2018, précise le journal, qui cite des sources du ministère de la Défense.

New Delhi avait annoncé dès janvier 2012 avoir choisi le Rafale pour équiper ses armées mais la signature du contrat, prévue initialement au début de cette année, a été repoussée, le budget annuel de la défense étant épuisé tandis que les élections législatives approchaient.

Plan de modernisation

Mais l'annonce de cette signature est peut-être un peu prématurée. D'un côté, Dassault Aviation a refusé de commenter. De l'autre, un responsable du ministère de la Défense a déclaré ce mardi que le nouveau gouvernement de Narendra Modi venait tout juste de prendre ses fonctions et qu'il était trop tôt pour évoquer la signature.

"L'article relève de la spéculation, le ministre de la Défense ne s'est pas encore penché sur le dossier. Il est occupé par des réunions budgétaires", a dit ce responsable.

Premier importateur mondial d'armes, l'Inde a engagé un plan de modernisation de ses armées de 100 milliards de dollars pour, entre autres, renouveler sa flotte d'avions de chasse et ses chars d'assaut, qui datent de l'époque soviétique.

D. L. avec AFP