BFM Business

L'Etat veut privatiser les aéroports de Lyon et Nice début 2016

Devant l'afflux de candidats à la privatisation, l'Etat a prévu d'avancer la privatisation des aéroports de Nice et Lyon. Il cédera les 60% détenus dans leurs sociétés gestionnaires.

Les aéroports de Nice et Lyon passeront au privé plus rapidement que prévu. "Leur privatisation devrait intervenir début 2016. Il y a déjà beaucoup de manifestations d'intérêt", a indiqué le ministre de l'Économie Emmanuel Macron, en marge d'un déplacement sur le dernier site de fabrication française d'autocars, Iveco, à Annonay.

Jusqu'à présent, à Bercy, on parlait d'une finalisation de la cession avant mi-2016, au cours du premier semestre. L'Etat doit annoncer dans la foulée le nom des banques chargées de cette privatisation.

A Nice comme à Lyon, l'État entend céder la totalité des 60% qu'il détient dans les sociétés gestionnaires des aéroports. Dans les deux cas, la chambre de commerce et d'industriel locale possède 25% du capital et les collectivités locales 15% (région, département et métropole à parts égales).

"Nous sommes en train de finaliser le cahier des charges, il sera soumis à concertation ensuite à l'ensemble de nos coactionnaires", a-t-il expliqué, précisant que les actionnaires minoritaires des aéroports de Nice et Lyon (CCI, collectivités locales) ne seraient pas partie prenante dans une offre ou une autre, comme cela a pu être envisagé.

Aéroport de Paris ne sera pas candidat à Lyon

Ensuite, "nous finaliserons un cahier des charges pour l'automne et nous lancerons la procédure pour un premier tour de table d'ici la fin de l'année. Début 2016, on devrait avoir la réponse", a-t-il ajouté.

"Il y a beaucoup de manifestations d'intérêt sur les sociétés de gestion aéroportuaire parce que ce sont des actifs de qualité bien connus, bien régulés", a-t-il encore dit.

"Il y a beaucoup de candidats qui s'agitent mais il faut sortir du centralisme français", a de son côté confirmé Jean-Jack Queyranne, le président socialiste de la région Rhône-Alpes, présent dans la délégation d'Emmanuel Macron lundi 21 septembre 2015.

Le PDG d'Aéroports de Paris (ADP), Augustin de Romanet, a indiqué qu'il ne sera pas candidat au rachat des parts de l'État dans l'aéroport de Lyon. Une nouvelle accueillie favorablement par Jean-Jack Queyranne qui ne cesse de dénoncer la concentration de l'offre aérienne sur Paris.

F.Bergé avec AFP