BFM Business

L'autoroute sur la mer la plus longue du monde relie Hong Kong à Macao

Lancé en 2009, l'ouvrage pharaonique de 55 km reliant par la mer Hong Kong à Macao ouvrira à la circulation courant 2018. Marqué par des retards et des dérives budgétaires liés à son gigantisme, cette réalisation est une prouesse d'ingénierie associant pont à haubans, autoroute à 2x3 voies, îles artificielles et tunnel.

La plus longue autoroute maritime du monde va ouvrir courant 2018 à la circulation au sud de la Chine. La date de son ouverture officielle n'est pas encore fixée mais ce gigantesque ouvrage qui reliera Hong Kong et Macao en enjambant le delta de la Rivière des Perles, a demandé 8 ans de travaux. La faute au retard pris par ce chantier pharaonique et complexe lancé en 2009 et achevé en 2017, qui fut marqué par plus de 360 accidents du travail, au cours desquels neuf personnes ont péri...

-
- © L'ouvrage est fait d'une série de ponts, d'îles artificielles, d'un tunnel, qui franchissent l'estuaire de la Rivière des Perles. Wikipedia.

Cet ouvrage long de 55 km franchit l'estuaire de la Rivière des Perles pour relier les deux anciennes colonies britannique (Hong Kong) et portugaise (Macao) avec une bretelle desservant la ville chinoise de Zhuhai, limitrophe de Macao. Une fois en service, ce pont-autoroute raccourcira drastiquement le temps de voyage en véhicule de Hong Kong à Macao. Ce trajet terrestre routier prend actuellement 4 heures par la côte. Il passera à seulement 30 minutes en voiture par le pont maritime alors qu'il faut encore une heure en ferry avec les navettes maritimes les plus rapides.

Ce pont supporte une autoroute à deux fois trois voies, au-dessus des eaux profondes de l’ouest de Hong Kong.
Ce pont supporte une autoroute à deux fois trois voies, au-dessus des eaux profondes de l’ouest de Hong Kong. © Bouygues Construction

Pour les autorités, cette infrastructure va doper les échanges commerciaux en rapprochant de façon spectaculaire les deux rives qui enlacent cet immense estuaire. Pour certains, il n'est qu'une initiative de plus de Pékin pour accroître son emprise sur Macao et surtout sur Hong Kong, qui jouit d'un statut spécial et de libertés inconnues dans le reste la Chine.

Cet ouvrage constitue une prouesse d'ingénierie au sens où il s'agit en fait d'une succession continue de ponts, d'îles artificielles, d'un tunnel et d'infrastructures spécifiques comme les postes frontières et les échangeurs. Il a été conçu pour résister à des typhons, des tremblements de terre de magnitude 8 et à un choc avec un navire d'une masse de 300.000 tonnes.

Selon les autorités, la quantité d'acier utilisée dans la structure principale composée d'un pont à haubans de 22,9 km, pèse environ 400.000 tonnes, soit l’équivalent de 60 Tour Eiffel. Cette infrastructure est complétée, à l'ouest de Hong Kong, par un tronçon de 9,4 km réalisé par Bouygues Construction, consistant en une autoroute de 2x3 voies posées sur 116 piles et 5150 voussoirs préfabriqués. Celle-ci part de l’île où se trouve l’aéroport international et s'étend jusqu’à la limite des eaux territoriales de Hong Kong.

-
- © Des îles artificielles ont été construites aux deux extrémités du tunnel pour permettre le passage des grands navires.

Mais la véritable originalité de l'ouvrage consiste en son tunnel routier sous-marin long de 6,7 km. Deux îles artificielles servant de relais ont été construites au milieu de l'estuaire. Elles sortent de l'eau aux deux extrémités de la partie souterraine pour en marquer l'entrée et la sortie. Le tunnel est également pharaonique à l'image du reste du pont à haubans, avec ses 33 sections de tubes, chacune pesant 80.000 tonnes, soit le poids d'un grand porte-avions.

Sa construction à plus de 40 mètres sous la mer se justifie pour laisser passer sur la mer l'important trafic maritime et ses 4000 navires quotidiens, qui desservent les différents ports de l'estuaire.

On ignore le coût total du projet de cet ouvrage gigantesque, partagé entre Hong Kong, Macao et Pékin. Certains estiment que la facture finale dépassera allègrement les 110 milliards de yuans (14 milliards d'euros). En raison de contraintes techniques, la principale section du pont, censée initialement coûter 37,73 milliards de yuans (4,7 milliards d'euros) a accusé un dépassement budgétaire de 10 milliards de yuans (1,26 milliard d'euros). Mais c'est le prix à payer pour les autorités de Pékin, qui tenaient beaucoup à cet ouvrage et ce lien symbolique avec Hong Kong, marquant son intégration.

Frédéric Bergé