BFM Business

L’audacieuse stratégie de PSA pour devenir le roi de la pièce détachée

Le réseau du groupe s’appuie déjà sur 464 distributeurs officiels en France et 2500 en Europe. Il s’agrandira dès l’an prochain avec 200 nouvelles plaques en Europe.

Le réseau du groupe s’appuie déjà sur 464 distributeurs officiels en France et 2500 en Europe. Il s’agrandira dès l’an prochain avec 200 nouvelles plaques en Europe. - Groupe PSA

Pour conquérir de nouveaux marchés, le réseau après-vente du Groupe PSA distribuera les pièces détachées de toutes les marques automobiles, mais aussi des éléments génériques à bas coûts.

Chez les constructeurs automobiles, la révolution ne se limite pas à produire des véhicules électriques. Il faut aussi repenser son modèle en profondeur. Pour PSA, cette réflexion repose sur le marché de l’après-vente avec les pièces détachées. Pas seulement celles des DS, Peugeot et Citroën, mais toutes les marques. Et cela sans se limiter aux pièces d’origine vendues au prix fort, puisque le groupe distribuera aussi des pièces génériques à bas prix. Fin 2016, PSA prévoit de proposer 95% des pièces des équipementiers.

Cette offre se fera par trois canaux de distribution: les réparateurs agréés, les indépendants et le site internet Mister Auto. Avec cette stratégie, PSA vise une croissance de 10% de son chiffre d'affaires pièces dès 2018 et de 25% à horizon 2021.

Couvrir "l’ensemble du parc roulant mondial"

Le réseau du groupe qui s’appuyait déjà sur 464 distributeurs officiels de pièces de rechange en France et 2500 en Europe l’an passé, s’agrandira dès l’an prochain de cinquante plaques en France et au Benelux, et cent quarante en Europe. Pour cette annonce, le groupe a réuni les investisseurs et les directeurs des nouvelles plaques de distribution en France, en Belgique et au Luxembourg.

Christophe Musy, directeur Aftermarket du Groupe PSA, souligne que "la création de ce business est un événement marquant pour le Groupe PSA. Nous lançons une offensive commerciale de très grande ampleur en passant d’une offre centrée sur les pièces d’origine et nos trois marques, à une offre totalement élargie à l’ensemble du marché de la réparation indépendante, sur l’ensemble du parc roulant mondial!"

Sur le même sujet

PSA couvre actuellement 30% de ce marché. "Pourquoi devrions-nous laisser échapper les 70% restants?", interroge Jean-Baptiste de Chatillon, directeur financier du groupe. Quant aux risques de cannibalisation entre les pièces d’origine et les autres, il estime qu'en réalité le problème "ne se pose pas dès lors que nous apportons de la satisfaction aux clients".

Pascal Samama