BFM Business

Il n’y aura pas de portique de sécurité à l’entrée des gares

La gare du Nord est déjà équipée de portiques, mais devant les quais.

La gare du Nord est déjà équipée de portiques, mais devant les quais. - Lionel Bonaventure - AFP

"L’État et la SNCF ne testeront finalement pas le filtrage aux entrées des gares, comme cela avait été évoqué un temps. Leur mise en place aurait créé de longues files d’attente. Trop risqué."

La sécurité dans les transports ressemble toujours autant à un casse-tête pour les pouvoirs publics, qui gardent en mémoire l’attaque avortée dans un train Thalys, en août dernier. Et si des portiques de sécurité, équipés de détecteurs de métaux et de scanners, ont bien été mis en place devant certains quais de la gare du Nord, leur mise en place à l’entrée des gares elles-mêmes n’est plus d’actualité.

Selon La Tribune, la crainte de files d’attente monstres aurait fait capoter le projet. Car en dehors des désagréments et de l’agacement prévisible des voyageurs, la création de zones à forte densité humaine inquiète –ces dernières pouvant en effet devenir des cibles potentielles.

De nouveaux systèmes à l'étude

L’État et la SNCF poursuivent donc leur réflexion afin de trouver la parade face à la menace terroriste. De nouveaux moyens seront alloués aux forces de l’ordre et à certains agents SNCF, qui pourront notamment procéder à la vérification des bagages.

Mais de nouveaux systèmes technologiques sont également à l’étude, notamment en s’appuyant sur la vidéo, a fait savoir un dirigeant de la SNCF, cité par le site d’information. Avec, comme objectif, d’imposer le moins de contraintes possibles aux voyageurs, pour des raisons économiques évidentes.

Y.D.