BFM Business

Grève sur le port de marseille, deux paquebots déroutés

BFM Business
MARSEILLE (Reuters) - Deux navires de croisières ont été déroutés dimanche sur Toulon (Var) et Sète (Hérault) en raison de la grève qui paralyse le...

MARSEILLE (Reuters) - Deux navires de croisières ont été déroutés dimanche sur Toulon (Var) et Sète (Hérault) en raison de la grève qui paralyse le port de Marseille depuis vendredi, a-t-on appris auprès de la direction du Grand port maritime de Marseille (GPMM).

Les deux paquebots transportent environ 6.000 passagers au total.

Deux navires de croisière des compagnies Costa et MSC, d'une capacité de 8.000 passagers chacun, ont déjà été contraints samedi de mouiller au large et de transférer leurs passagers à terre à l'aide de chaloupes.

Un autre navire de croisière avait déjà été dérouté vendredi sur Toulon.

La Fédération nationale CGT des Ports et Docks a lancé un appel à la grève jusqu'à dimanche dans tous les ports français pour s'opposer à la mise en place d'une nouvelle convention collective prévue par la réforme portuaire.

Le mouvement réclame en outre la prise en compte de la pénibilité des métiers dans le secteur dans le cadre de la réforme des retraites.

A l'exception du trafic des ferries à destination de la Corse et du Maghreb, tous les autres secteurs d'activité du port de Marseille, le premier de France, sont à l'arrêt.

La situation restait également bloquée sur les terminaux pétroliers de Fos et de Lavera en grève depuis sept jours pour protester contre la réforme portuaire.

Selon la direction du GPMM, 39 bateaux attendent de pouvoir être déchargés, dont 13 pétroliers de brut, 13 pétroliers de produits raffinés, huit gaziers, trois chimiquiers et deux péniches.

Aucune réunion entre les grévistes et la direction du port n'est prévue avant lundi.

Selon l'Union française des industries pétrolières (Ufip), une grève de deux à trois semaines risquerait de provoquer une fermeture des raffineries et affecterait l'approvisionnement pour les consommateurs.

Jean-François Rosnoblet, édité par Gérard Bon