BFM Business

General Motors rappelle encore 1,5 million de véhicules

GM a rappelé 6 millions de véhicules depuis mi-février.

GM a rappelé 6 millions de véhicules depuis mi-février. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Depuis mi-février, le constructeur automobile a rappelé plus de 6 millions de véhicules. En parallèle, GM doit s'expliquer sur la vente, pendant 10 ans, de voitures avec des pièces défectueuses.

Le bilan est lourd pour General Motors. Le constructeur automobile américain vient d'annoncer, lundi 31 mars, qu'il rappelait 1,5 million de véhicules. Cela porte à plus de 6 millions le nombre rappelé par le constructeur depuis la mi-février.

Un sombre bilan que l'américain doit, en partie, justifier ce mardi 1er avril. En effet, sa patronne, Mary Barra, témoigne devant le Congrès américain qui veut savoir comment GM a pu vendre depuis dix ans des millions de voitures équipées d'une pièce défectueuse associée à 13 accidents mortels.

"Je ne peux pas vous dire pourquoi cela a pris autant de temps pour annoncer un défaut de sécurité dans ce programme, mais je peux vous dire que nous trouverons", devrait-elle déclarer préalablement aux élus.

"Dès que nous aurons les réponses, nous serons complètement transparents avec vous (les élus), les régulateurs et nos clients", devrait-elle ajouter.

Le témoignage de Mary Barra risque de laisser les élus américains sur leur faim puisqu'il n'apporte pas de réponse à la principale question des autorités: pourquoi GM, qui était informé depuis 2001 du problème, a continué à équiper ses voitures de cette pièce alors même que des accidents mortels lui étaient signalés?

GM disposait d'informations cruciales

Le directeur par intérim de l'agence de sécurité routière (NHTSA), David Friedman, dont les services ont été mis en cause par le Congrès, doit lui aussi témoigner.

"GM disposait d'informations cruciales qui auraient pu aider à identifier le défaut sur certaines voitures", devrait indiquer David Friedman, dont les propos liminaires ont, eux aussi, été distribués en avance à la presse.

"Si ces informations nous avaient été transmises (...), ça aurait changé probablement notre approche de l'affaire", dit-il dans ce document, alors que la NHTSA est accusée par les enquêteurs du Congrès d'avoir manqué deux occasions, en 2007 et 2010, d'ouvrir une enquête formelle sur les problèmes liés à la clé de contact de certains modèles de GM .

Diane Lacaze avec AFP