BFM Business

Ford lance à Londres son nouveau mode de transport collectif à la demande

Les trajets dans Londres sont opérés du lundi ou vendredi, grâce à 14 minibus, offrant chacun 14 places assises.

Les trajets dans Londres sont opérés du lundi ou vendredi, grâce à 14 minibus, offrant chacun 14 places assises. - Ford

Ford fait circuler ses minibus à 14 passagers sur 4 circuits prédéfinis à Londres, pour un service payant de navette quotidienne qu'on réserve à la demande par smartphone.

Ni taxi, ni VTC, ni bus, ni limousine privée avec chauffeur: le service Chariot de Ford échappe aux grandes catégories existantes de transport privé ou collectif. Déjà lancé dans de grandes villes américaines (San Francisco, Seattle, Colombus, Austin, New York), ce service de navette réservable à la demande débarque cette semaine à Londres, où il a été autorisé sur des zones urbaines a priori mal desservies par les transports en commun.

Les trajets sont opérés par des chauffeurs professionnels, du lundi ou vendredi, via 14 minibus offrant 14 places assises, l’air conditionné, une connexion Wi-Fi et un accès pour les personnes à mobilité réduite. 

Les navettes ont le droit de circuler sur les couloirs de bus

Si on les utilise comme un VTC en réservant un trajet via son smartphone connectée, on ne peut monter à leur bord qu'à partir d'arrêts fixes situés sur des circuits pré-définis dans Londres, à la façon des lignes de bus classiques, la possibilité de les héler en moins. Les minibus sont d'ailleurs autorisés à emprunter les voies réservées habituellement aux autobus de Londres. L'utilisation de circuits urbains avec arrêts et destinations prédéfinis pourrait même faciliter à terme l'emploi de navettes autonomes sans chauffeur.

L'application dédiée sur smartphone de Chariot géolocalise les navettes en temps réel et les points de ramassage les plus proches de sa localisation. Jusqu'à six minibus par heure circulent aux heures de pointe. Jusqu'au 14 février 2018, le service est gratuit pour devenir ensuite payant. Il coûtera 1,6 livre (1,8 euro) par trajet avec un pass mensuel et 2,4 livres (2,7 euros) par trajet, sans pass.

-
- © Les navettes de 14 places ont une connexion Wi-Fi, la climatisation et sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

C'est aussi à Londres, mais avec un service plus directement concurrent des VTC comme Uber qu'un autre géant de l'automobile, Daimler, s'apprête à lancer un service de minibus à la demande. Pour ce faire, il a investi 50 millions d'euros en 2017 dans une coentreprise avec la start-up américaine Via.

Les deux partenaires sont associés pour lancer en Europe un service embarquant plusieurs passagers prêts à réserver et à partager ces véhicules le temps d'un trajet pour se rendre à la même destination. Il utilisera des versions adaptées des vans Vito et V-Class du constructeur allemand.

Comme ils ont su le faire avec leurs services financiers, les industriels de l'automobile entendent ne plus se cantonner à la production de véhicules et fournir des services à partir de leurs propres véhicules. Soumis à la pression des plateformes comme Uber qui font de la voiture un service à la demande, tous les constructeurs auto misent aussi sur l'essor des services numériques de transport et de mobilité urbaine en voiture en tentant d'anticiper les nouveaux usages des particuliers.

Frédéric Bergé