BFM Business

Ferrari est-il en train de devenir un constructeur généraliste?

SUV, supercar électriuqe, gamme hybride, Ferrari ne veut plus uniquement produire des voitures de sport élitiste.

SUV, supercar électriuqe, gamme hybride, Ferrari ne veut plus uniquement produire des voitures de sport élitiste. - Scott Olson - AFP

Après Lamborghini ou Bentley, Ferrari rejoindra d’ici la fin de la décennie le cercle des marques de luxe à proposer un SUV. Hybride, électrique, le patron de Fiat-Chrysler dessine un futur qui s’éloigne du monde très fermé des voitures de sport.

Ferrari sera-t-il demain un constructeur généraliste? La question va clairement trop loin, mais elle est légitime, à la vue des dernières déclarations de Sergio Marchionne, le directeur général de Fiat-Chrysler, propriétaire de Ferrari. La marque au cheval cabré est en effet en train de prendre un véritable virage stratégique, loin de son histoire ancrée à Maranello, au nord de l'Italie. D’un petit constructeur mythique de voiture de sports, Ferrari mue vers une marque de luxe qui cherche à se diversifier, pour accroître ses bénéfices tout en gardant son côté exclusif (et les tarifs qui vont avec).

Un SUV Ferrari d'ici 2020

Cette semaine au salon automobile de Détroit (États-Unis), Sergio Marchionne a ainsi confirmé que Ferrari disposera d’un SUV dans sa gamme d’ici la fin de la décennie. Ce SUV Ferrari sera "le plus rapide du marché", a déjà affirmé Sergio Marchionne, selon les propos rapportés par Bloomberg. Longtemps, les dirigeants de Ferrari, par exemple l'emblématique patron Luca di Montezemolo, avaient refusé l’idée d’un SUV, pas conforme à l’ADN du cheval cabré, 16 fois champion du monde des constructeurs en Formule 1.

Mais devant les marges réalisées par d’autres marques avec ce type de véhicules, et surtout devant l’engouement auprès des clients de ces 4x4 de luxe, Ferrari va donc lui aussi franchir le pas. Comme Lamborghini, qui vient de lancer l’Urus, ou Porsche, qui a réalisé en 2017 40% de ses ventes rien qu’avec son SUV de taille moyenne, le Macan. Grâce au SUV, la marque allemande a quadruplé ses ventes en une quinzaine d'années. Et ses profits. Lamborghini a tout simplement prévu lui de doubler ses ventes avec l’Urus, visant 7000 Lamborghini vendues chaque année dès 2019, contre 3815 l’année dernière.

"Je l’appellerai un "FUV" [Ferrari Utility Vehicle, ndlr], a confié à nos collègues anglais de TopGear.com Sergio Marchionne au salon automobile de Détroit. Un FUV, c’est ce que à quoi doit ressembler un SUV, selon Ferrari. Par définition, ce FUV doit se conduire comme une Ferrari, c’est indispensable. Nous ne savons pas faire autrement. Assez de gens hors de Ferrari deviendraient complètement fous si j’essayais de faire autre chose"

Sergio Marchionne a mené l'introduction de Ferrari en bourse il y a 2 ans. Il travaille désormais sur une diversification de la gamme.
Sergio Marchionne a mené l'introduction de Ferrari en bourse il y a 2 ans. Il travaille désormais sur une diversification de la gamme. © AFP

Multiplier les profits par deux

Selon Bloomberg, le but de Sergio Marchionne est de doubler les profits de la marque d’ici 2022 en dépassant les 2 milliards d’euros de résultat opérationnel. Et pour y parvenir, Ferrari ne mise pas que sur les SUV. Il compte aussi devenir un rival de Tesla.

"Je pense que si une supercar électrique était développée, Ferrari le fera en premier, a-t-il assuré. Les gens sont émerveillés par ce que Tesla a fait avec une super voiture. Je ne veux pas minimiser ce qu'Elon (Musk, le PDG de Tesla, ndlr) a fait mais je pense que c'est faisable par tous".

Ferrari dispose déjà d’une hypercar hybride, LaFerrari, et son V12 6,3 litres de 800 chevaux, couplé à un système de récupération d’énergie au freinage venu de la Formule 1. Cette technologie hybride devrait arriver sous le capot de tous les véhicules, comme le prévoyaient les premiers éléments du plan stratégique dévoilé au 1er semestre. La LaFerrari ne roule cependant pas en mode 100% électrique, sachant que le son du moteur est capital pour les propriétaires de bolides rouges.

Des supercars, de l'électrique, des SUVs

Mercedes, Aston Martin, tous les grands constructeurs préparent eux aussi des supercars hybrides pour les années à venir. Seul bémol: le groupe FCA est très en retard sur les investissements pour ces technologies innovantes? Ferrari pourrait-il servir de laboratoire technologique pour le reste du groupe?

D'ici 2022, Ferrari pourrait donc disposer d'une gamme mêlant un FUV, une supercar électrique, des hybrides et peut-être une version moderne de la Dino, avec un V6. Sergio Marchionne prévoit lui de rester à la tête du constructeur de voitures de luxe jusqu'à cette date, bien après avoir abandonné la tête de FCA. En attendant cette gamme chamarrée, le succès pour les nouveaux modèles ne se dément lui pas. Il faut attendre environ un an pour prendre livraison de la dernière-née de la marque, la Portofino. 

Pauline Ducamp