BFM Business

Faurecia chute en Bourse, victime de son endettement

Yann Delabrière, PDG de Faurecia, voit le titre du groupe chuter en Bourse

Yann Delabrière, PDG de Faurecia, voit le titre du groupe chuter en Bourse - -

L’équipementier a prévenu que sa dette serait en hausse de près de 50% en 2012. Faurecia n’avait pas anticipé la dégradation du marché automobile. Le titre chute ce mercredi 16 janvier.

Faurecia dégringole en Bourse après la publication, mardi 15 janvier, d'une estimation de ses résultats annuels. Le groupe a fait état d'une dette en hausse de quasiment 50%, à 1,8 milliard d'euros, alors que le groupe tablait sur un montant inférieur, de 1,6 milliard.

Le marché automobile s'est nettement dégradé et l'équipementier n'a pas su adapter ses stocks.Faurecia n'a pas vu venir l'ampleur des dégâts. L'équipementier automobile est particulièrement exposé au marché européen. La France et l'Allemagne, à elles seules, représentent un tiers de son chiffre d'affaires. En décembre, les immatriculations se sont écroulées dans ces deux pays: -16% en Allemagne, -14% en France. Et malgré quelques efforts pour s'ajuster, Faurecia a été dépassé par l'importance du ralentissement. Les stocks ont explosé au second semestre, en particulier sur les tous derniers mois de l'année. La dette s'est envolée, alors qu'elle était restée stable en 2010 et 2011.

Les analystes, eux même, ont été surpris. Et en Bourse, le titre est sanctionné. Pour le moment, Faurecia n'a rien dit sur d'éventuelles nouvelles suppressions de postes en 2013, après les 1 500 annoncées en novembre. Le groupe a donné rendez-vous pour les résultats définitifs le 12 février.

Dorothée Balsan