BFM Business

Emirates et l'A380, une histoire d'amour en stand-by

Tim Clark, le DG d'Emirates, ne voit pas de besoin de nouvel A380 avant 2025-2027

Tim Clark, le DG d'Emirates, ne voit pas de besoin de nouvel A380 avant 2025-2027 - Brendan Smialowski - AFP

Dans une interview au magazine Wirtschaftswoche, le patron d'Emirates, Tim Clark, indique que sa compagnie ne pourra plus intégrer de nouveaux A380 dans sa flotte avant d'emménager dans le nouvel aéroport de Dubaï, d'ici 2027. Et elle pousse toujours Airbus à doter l'avion de nouveaux moteurs plus économes.

Pour le super jumbo d'Airbus, le ciel s'assombrit. Fabrice Brégier, le directeur exécutif de la branche aviation civile, a eu beau assuré en janvier que son groupe "avait un futur" avec l'A380, cela fait plusieurs mois pour ne pas dire plusieurs années que l'avionneur connaît des difficultés à remplir son carnet de commandes avec cet avion.

Le premier client du super jumbo, la compagnie dubaïote Emirates, a réduit la voilure, avec seulement deux nouvelles commandes passées en 2016 (les deux seules d'Airbus d'ailleurs). Et dans un entretien que le magazine allemand Wirtschaftswoche publie ce lundi, le directeur général de la compagnie, explique pourquoi il met la pédale douce.

Une flotte qui ne peut dépasser 115 A380

Il indique notamment que les 25 derniers A380 commandés ne lui seront livrés qu'entre 2021 et 2025. Pourquoi pas plus tôt? Tout simplement parce qu'Emirates n'a pas la capacité d'exploiter ces avions avant cette date. "Ces 25 avions sont prévus pour remplacer (les premiers A380 livrés à partir de 2005)" explique-t-il. "Il n'y a que si nous nous débarrassons plus tôt des 'vieux A380' que nous pourrons avoir de la place pour de nouveaux appareils", fait-il valoir.

Le directeur général d'Emirates assure que sa compagnie "ne peut aujourd'hui pas accueillir plus de 115 A380 dans son aéroport de Dubaï". Tout pourra changer d'ici 2025-2027 quand elle pourra s'installer dans le nouvel écrin aéroportuaire de l'Emirat. À ce moment-là, elle pourrait avoir besoin de nouveaux A380, à condition toutefois qu'Airbus se décide à produire une version neo de son super jumbo, doté de moteurs moins gourmands en kérosène.

Une affaire d'escalier

Une initiative qu'Emirates appelle de ses vœux depuis longtemps. Mais qui pour le moment reste lettre morte. "Oui, il y avait un moment où il était question d'un A380 neo avec une turbine appropriée, de nouvelles ailes et un poids revu à la baisse. Cela aurait réduit la consommation et nous aurions été intéressés. Maintenant il s'agit plutôt d'un appareil avec un escalier plus étroit. Pour le moment je ne vois donc rien", déclare Tim Clarke.

Le directeur général d'Emirates fait référence à la présentation par Airbus, la semaine dernière d'une nouvelle cabine pour l'A380, qui permettait ainsi de transporter 80 passagers supplémentaires (soit un maximum de 575 personnes). Le tout, au prix de quelques "sacrifices, en remplaçant notamment le luxueux escalier "paquebot" entre les deux étages de l'avion par des marches plus banales.

-
- © Airbus
J.M.