BFM Business

Emirates contrainte de réduire ses vols vers les États-Unis

Emirates va proposer moins de vols vers les États-Unis le mois prochain.

Emirates va proposer moins de vols vers les États-Unis le mois prochain. - Mark Ralston - AFP

Le durcissement des mesures de sécurité des États-Unis envers les ressortissants des pays musulmans a entraîné une baisse de la demande. La compagnie aérienne va donc réduire ses vols vers cinq des douze villes qu'elle dessert.

Emirates a annoncé une réduction de ses vols vers les États-Unis à la suite d'une baisse de la demande causée par le durcissement des mesures de sécurité par le président Donald Trump visant les ressortissants de pays musulmans. La compagnie aérienne de Dubaï ainsi qu'Etihad d'Abu Dhabi et Qatar Airways, les deux autres grandes compagnies aériennes du Golfe, se sont plaintes ces dernières semaines de l'impact négatif des mesures américaines sur leurs opérations.

Dans un communiqué, Emirates annonce avoir décidé de réduire, à partir du mois prochain, ses vols vers cinq des douze villes qu'elle dessert aux États-Unis. "C'est une décision commerciale en raison de la baisse de la demande de voyage aux États-Unis", a précisé un porte-parole de la compagnie. "Les récentes mesures prises par le gouvernement américain concernant la délivrance de visas d'entrée, les contrôles de sécurité accrus et les restrictions sur les appareils électroniques en cabine ont eu un impact direct sur l'intérêt des consommateurs et la demande de transport aérien aux États-Unis", a-t-il ajouté. 

Pas de "grands changements" pour Etihad

Mais Etihad a affirmé mercredi qu'elle n'avait pas enregistré de "grands changements" dans la demande sur les 45 vols qu'elle assurait chaque semaine depuis Abu Dhabi en direction de six villes américaines. La demande sur ces vols "reste forte", a ajouté un porte-parole de la compagnie dans un communiqué, publié en soirée par l'agence officielle émiratie Wam.

En mars, les autorités américaines ont interdit d'emporter ordinateurs portables et tablettes en cabine sur les avions assurant les vols de neuf compagnies aériennes en provenance de dix aéroports internationaux de pays arabes et de Turquie, invoquant un risque d'attentats. Cette mesure faisait suite à des tentatives du président Trump d'interdire temporairement l'entrée aux États-Unis de ressortissants de pays majoritairement musulmans ainsi que des réfugiés.

D.L., avec AFP